Partagez|

My first date with you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La mortalité, y'a que ça de vrai
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: My first date with you Jeu 17 Mar - 23:47

Ensemble.

Voilà le mot qu’il avait employé pour parler d’eux. Voilà comment il se voyait avec elle maintenant. Avant cela, imaginer une seule seconde qu’un tel mot puisse sortir de sa bouche n’aurait même pas été envisageable une seule seconde. Elle en avait rêvé pendant des semaines et des mois, peinant à y croire, commençant même à abandonner ce vœux si fort qui relevait de l’imaginaire selon leurs dires. Mais pourtant, il l’avait dit. D’une façon maladroite et clairement peu à l’aise certes, mais toujours est-il qu’il l’avait dit. Après cette surréaliste et magnifique nuit qu’ils avaient vécu, après cette folle soirée où il lui avait volé sa toute première fois… ils étaient ensemble. Voilà ce qui les définissait à présent. Et ça, c’était vraiment tout ce qu’elle voulait retenir pour le moment.

Comme prévu, ils n’avaient rien laissé paraître aux yeux du monde. Personne n’imaginait un seul instant qu’ils pouvaient former une sorte de couple, que ce soit son père, Nina et l’équipe de l’hôtel. Pour ces derniers, elle n’était que la fille du concierge, la petite fille que Miyamoto avait bien connu dans le passé. Le seul qui soupçonnait un changement radical dans leur relation était Alfred, à qui rien n’échappait. Le vieux majordome n’avait cependant rien laissé sous-entendre, gardant comme toujours cette froide apparence de maître d’hôtel pourtant plus aimable que personne d’autre.

Lorsqu’ils se croissaient dans le hall de l’hôtel, ils se saluaient simplement, de façon brève et polie, presque solennellement. C’était un simple échange qui ne laissait rien paraître, rien supposer de plus entre eux, quasiment stérile de tous sentiments. Et pourtant, sous cette apparence remplie de conviction, leurs regards qui se croisaient, eux, reflétaient sans mal la flamme naissante qui avait jailli entre eux. Un feu qui se voulait hardant, impossible à éteindre. C'était sans pouvoir y résister, ils se regardaient ainsi, tandis qu’elle partait pour ses cours... où qu’il allait dehors pour dieu sait qu’elle raison, Nina parfois à ses cotés. Mais lorsque - au retour de l’un ou de l’autre - ils se croisaient au détour d’un couloir et que personne n’était là pour les surveiller, c’était en silence que les deux amants se rapprochaient vivement l’un de l’autre, souffrant presque de cette distance physique qu’ils devaient entre eux. Bien souvent, leurs retrouvailles se voulaient passionnées, et c’est sans retenue qu’ils s’échangeaient de langoureux baisers, plus forts les uns que les autres ; la jeune humaine se fondant dans les bras froids mais réconfortant de son vampire. Elle peinait à réaliser qu’ils étaient ensemble et craignait chaque soir de s’endormir et que tout ceci ne soit au final qu’un pauvre et magnifique rêve. Cependant, Naoki savait se montrer plus que persuasif… peu dans les mots, mais ses actes eux, parlaient pour lui.

Beaucoup de monde sachant la nature de chacun, leur relation pourrait faire beaucoup de bruit à Osaka. Un vampire (déjà lié à un calice) qui finissait par se mettre avec une simple humaine, ce n’était pas quelque chose de courant. Au final, ce n’était arrivé que quand de rares occasions. Mais le peu de fois où cela avait été le cas, la relation en question avait été des plus mal vues face au reste du monde. Sentimentalement parlant, une mortelle n’avait rien à faire avec un vampire. Ce n’était pas quelque chose de normal, certains pensaient même que c’était malsain. Alors au final, cacher la vérité n’était peut être pas plus mal. Seulement, cette situation pouvait s’avérer pesante par moment.
Si Mio savait parfaitement à quoi elle s’était engagée et ne regrettait pour rien au monde, cela ne l'empêcher de se sentir parfois un peu triste. Vivre un tel amour coincé entre quatre murs d’un hôtel devenait parfois difficile.
Et sans qu’elle le dise, Miyamoto s’en rendit compte. Voilà pourquoi il lui proposa de partir d’Osaka le temps d’un weekend, afin de vivre leur tout premier rendez-vous en tant que couple dans la capitale nipponne. Agréablement choquée et ravie, elle n’avait pu que lui sauter dans les bras pour le remercier, réellement reconnaissante de ce qu’il faisait pour elle. Et dire qu’il était le premier à penser qu’il n’avait pas de cœur…

« Tu sais ce que c’est la première fois que je visite Tokyo ? » Annonça t-elle avec un grand sourire, tandis que le train dans lequel ils voyageaient s’approchait de plus en plus de la capitale. « Je veux absolument tout voir ! Aussi bien les lieux anciens que populaires ! On pourrait peut être allé au temple aussi non ? Olala, il y a tellement de choses à voir...»

Telle une petite puce, elle s’empressa de jeter un autre coup d’œil aux brochures de la ville, craintive à l’idée que quelque chose lui échappe. Puis, finissant par relever son visage d’un seul coup, elle se tourna vers l’immortel et réalisa, avec de gros yeux ronds :

« Suis-je bête… tu connais déjà Tokyo ! Je n’ai qu’à te suivre ! Tu seras mon guide !»


Un large et ravissant sourire se dessina sur son visage et c’est avec un regard doux et pétillant qu’elle dévisagea Naoki, finissant par poser sagement sa frêle main sur la sienne, posée sur l’accoudoir.

« J'ai expliqué à mon père que j’allais avec Nami et Erika à Tokyo ce weekend. Ces dernières me couvrent en cas de problème, elles n’ont pas trop fait les curieuses sur la véritable raison de mon séjour ici. Tu peux te détendre, tout va bien aller, on va s’éclater ! »

Règle n°1 : appréhender les choses afin de rassurer son vampire du mieux que possible.

________ಠ_ಠ_________

Et voilà qu´elle aime... et voilà qu´elle danse. Elle me dit "je t´aime"... elle sort de l´enfance... Et moi qui suis là qui regarde et qui voit, je donnerai tout de même ma vie pour cette enfant qui grandit - Roméo et Juliette©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

#Team Nakano
avatar
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My first date with you Ven 18 Mar - 18:34

Devinez qui sortait avec une humaine alors qu’il était un immortel ? Naoki n’arrivait pas encore à se rendre compte de la situation dans laquelle il s’était mise. Il savait juste qu’en voyant la belle humaine, il ne pensait plus à autre chose et avait tendance à oublier l’essentiel : ils n’étaient pas fait pour être ensemble et surtout, leur liaison n’était pas plébiscité dans leur monde. Il aurait fallu pour cela que Mio soit une vampire, ou lui un humain. Et au contraire, il aurait préféré être lui aussi un humain pour vivre de nouveau des choses qu’il saurait éphémère. Ce serait ainsi plus beau, plus… fort encore que ce qu’il ressentait actuellement. Il ne voulait pas apparenter ça à de l’amour, il ne le pouvait pas, mais la façon dont elle le regardait lui plaisait vraiment. Ils n’avaient plus vraiment eu de moment réellement intime, comme dans sa chambre cette fois-là, depuis mais il ne désespérait pas d’en retrouver. En fait, le vampire trouvait même raisonnable de tarir ce qu’elle appelait leur “flamme”. Elle était mignonne lorsqu’elle disait cela, et elle lui faisait peur tellement elle semblait sûre d’elle, alors que lui non. Pourquoi ? Il était le plus vieux, il était sensé être celui qui pouvait en imposer le plus, prendre les décisions, protéger, être sûr, tout simplement…

Pour l’instant, il se satisfaisait de la croiser dans les couloirs, d’effleurer sa main sans que personne ne le soupçonne et, lorsqu’ils étaient seuls l’un avec l’autre, qu’il puisse la toucher. Mio et sa chaleur humaine qui faisait son plus grand charme. Elle avait un feu dans l’âme qu’il lui enviait fortement. Et elle était si belle… Comme elle le lui avait fait remarquer une fois, seul Alfred semblait se douter de quelque chose, et on ne pouvait pas en espérer autrement de son majordome. Il était le maître en devinette et en découverte de secrets. Il était presque certain qu’il savait déjà qu’ils entretenaient un lien elle et lui. Il savait peut-être même déjà qu’elle avait perdu quelque chose qu’il n’était pas sensé lui prendre en tant que vampire. Seule Nina ou un autre calice en avait le droit, pas une simple humaine. Si cela se savait, la communauté des calices le regarderait de travers.

Naoki avait donc anticipé la volonté de Mio de partir loin des yeux des autres, vers une population un peu moins touchée par les vampires et qui ne les connaîtrait pas. Il avait pu lire dans son regard cette envie d’être libre avec lui et, avouons-le, il ressentait un peu la même chose. Le boulot à l’hôtel commençait à lui peser maintenant qu’il n’avait qu’une seule personne en tête ! Naoki n’était pas productif et le savait, donc il préférait résoudre ça autrement : passer beaucoup de temps d’un coup avec Mio pour ensuite, pouvoir se concentrer sur son travail. Il voulait donc l’emmener à Tokyo et l’humaine semblait ravie de ça. Elle était si gaie qu’il eut du mal à cacher leur départ. Et une fois dans le train, elle fut encore plus bruyante que d’ordinaire ! Le vampire l’écoutait en silence, avec ce sourire en coin qui lui était caractéristique quand il s’amusait mais ne voulait pas le montrer. Cette fille était drôle…

“Ton guide oui, si tu veux.”

C’était vrai qu’il connaissait pas mal Tokyo et qu’il y avait passé du temps… autrefois. Il ne préférait même pas en parler, c’était une époque un peu sombre et la ville avait probablement changée depuis. Il se sentait pourtant apte à la guider du mieux possible, puisque lui aussi s’était renseigné au préalable. Pas auprès d’Alfred parce que cela serait trop… voyant, ils se feraient découvrir tout de suite, mais avec d’autres liens qu’il avait.

“Je n’en doute pas.”

Naoki restait assez évasif, essentiellement parce que tout ça le dépassait un peu, que c’était nouveau et qu’il craignait un moindre pépin à tout instant. Tout pouvait rendre ce week-end abominable, que cela vienne de lui, d’elle ou d’une personne extérieure. Il était donc assez tendu et inspectait sans cesse le train et les environs, comme s’il se savait suivi. Mais le train finit par s’arrêter, ils descendirent en gare et personne ne les suivait. Personne qu’il n’ait repéré en tout cas. Il n’osa pas tout de suite avoir de geste envers elle. Tokyo n’était pas non plus une île déserte dépourvue de vampires et de calices ! Les vampires se reconnaissaient entre eux et un loup-garou perdu pouvait forcément sentir leurs différences. Bref, le danger n’était pas totalement écarté.

“Par quoi aimerais-tu commencer ?” dit-il finalement, cachant sans mal le doute dans sa voix sûre.

________ಠ_ಠ_________

Elle est tout, je ne suis rien. Elle comprend plus que je ne saurai jamais, elle est sûre quand je ne sais pas. De nous deux, elle est la plus sereine mais c'est pourtant moi qu'elle aime.
Quand cesseront les doutes, les peurs et les malaises ?
Revenir en haut Aller en bas

La mortalité, y'a que ça de vrai
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My first date with you Lun 21 Mar - 21:38

Chaque réponse qu’il lui donnait se voulait brève et efficace, sans trop de cérémonie. Naoki n’était pas du genre bavard, sauf lorsque la conversation le voulait et il allait toujours droit à l’essentiel. Pour ça, il faut le dire, ils étaient monstrueusement différents. Mais pour autant, ce n’était pas une gêne, loin de là. Surtout lorsque parfois, un petit sourire en coin se nichait au creux de ses lèvres. Dieu ce qu’elle pouvait aimer voir ce sourire, cette simple esquisse qui le rendait tellement attrayant à ses yeux de pauvre mortelle. Au fond, elle aimé ce coté réservé et conventionnel qu’il avait. Il n’était pas du genre à être comme les trois quarts des jeunes hommes d'aujourd'hui, parfois trop directs dans leurs mots, ou trop tactiles. Il avait gardé la personnalité et l’éducation que devait avoir un homme de son époque, et ce coté ancien ne pouvait que le rendre on ne peut plus charmant. Gentleman et bien élevé, loin de l’image que l’on pouvait se faire des vampires. Pourtant, elle était la première à savoir que derrière cette apparence mesurée, un être passionné et fiévreux se cachait. Imprévisible. Cet esprit contradictoire était étrange, mais non dépourvu de charme. Et plus les secondes à ses cotés passaient, plus Mio se rendait compte de l’attirance qu’elle ressentait pour lui. Elle était irrésistiblement attirée par lui, comme un aimant que l’on approcherait d’un autre. Il le savait, quand bien même elle ne le voulait pas le lui montrer. Et même si cette histoire de couple le déroutait, il semblait l’accepter. Du moins, pour le moment. Pour sa part, elle n’allait clairement pas se plaindre de son sort. Il était inespéré, au vu de toutes les épreuves qu’elle avait du traverser pour le convaincre.

Se contentant de sourire agréablement à l’immortel qui hantait ses pensés, la belle retourna sagement à sa brochure, la parcourant de nouveau comme un enquêteur bossant pour le FBI. Elle était rassurée de le savoir sans crainte concernant le secret de leur excursion, voir même un peu surprise. Le Naoki d’il y a encore un mois n’aurait jamais pu tolérer la moindre manigance de sa part. Mais maintenant, il réagissait différemment et comprenait ses actes, simplement. L’essentiel, c’était qu’il savait qu’en aucun cas elle ne raconterait le moindre mensonge aussi aisément, sans raison valable. Oh non, peut être savait-il mieux que personne qu’elle ne manquait pas de franchise, aussi bien dans ses actes que dans ses paroles.

Le train arriva à Tokyo peu de temps après ça. Le remerciant tandis qu’il l’aidait à descendre les marches du véhicule, elle regarda l’environnement qui se trouvait autour d’elle tandis qu’ils sortaient doucement de la gare, finissant par esquisser un petit sourire radieux face à ce qui les attendait dehors. Tokyo. Rien que ce qu’elle voyait depuis ces quelques secondes étaient merveilleux. Tout semblait différent ici, comme c’était un monde à part, coincé entre une allure futuriste et une âme traditionnelle. Face à sa question, elle ne put que répondre, sans la moindre hésitation :

« On peut aller au temple Meiji ? C’est à quelques minutes à pied d’ici, il faut prendre par la droite, là. »


Elle était bien renseignée ! Une vraie petite élève modèle. Souriant face à son approbation, elle marcha à ses cotés, le cœur léger, avide de nouvelles découvertes. Difficile de croire que la première chose qui intéressait une minette de dix neuf ans était un vieux temple, n’est ce pas ? Beaucoup d’autres auraient foncés droit vers Shibuya et seraient aller faire du shopping à la tour 109, en autre. Mais que voulez-vous, Mio n’était pas une fille ordinaire ! Tout en marchant avec une allure certaine mais pas trop rapide pour autant, elle remarqua que Naoki faisait en sorte de ne pas marcher trop rapidement, et encore moins à sa vitesse de vampire.

« Tu dois marcher à mon allure, pardon. »
S’excusa t-elle avec un sourire désolée, un peu gênée et reconnaissante. « En tout cas, le temps est agréable, n’est ce pas ? »

Ni trop chaud, ni trop froid en réalité. Dans l’allée où ils marchaient, des cerisiers étaient en fleurs et laissaient tomber des centaines de pétales, plus magnifiques les unes que les autres. C’était merveilleux. Et lorsque finalement, ils arrivèrent au fameux temple, la bouche de la jolie métisse fit un grand ‘o’ de surprise, captivée par la grandeur de cette battisse ancienne. Dieu que c’était beau et impressionnant ! Écoutant attentivement les explications que le vampire lui apportait quant à la nature de ce lieu, ils avancèrent un peu plus dans le cœur du temple, finissant par arriver vers les lieux de prières shintoïsmes. Sans hésiter, elle alla prier, heureuse de pouvoir le faire après tout ce temps. Elle se contenta de remercier Dieu pour tout ce qu’il lui avait apporter, et espéra que ses grands parents avaient trouvé sa mère et qu’ils étaient tous en paix là haut. Une petite pensée alla bien évidemment pour ses proches, son père et Alfred, ses amis également… et enfin, elle finit par se concentrer sur l’être qui hantait ses pensées, Naoki. Elle demanda simplement à ce qu’il soit heureux dans les années à venir, et qu’il apprenne à s’aimer autant qu’elle pouvait l’aimer. Après cela, elle finit par taper des mains et s’inclina une dernière fois, repartant apaisée comme jamais.

Elle avait bien remarquée qu’il ne la touchait pas, pas comme il le voudrait au fond de lui, mais respectait cela. Bien que mourant d’envie de lui prendre la main également, elle pouvait comprendre son choix et savait bien que plus tard, lorsqu’ils seraient finalement à l’abri de la foule, ils pourraient le faire sans la moindre limite.

Au fur et à mesure, ils commencèrent à visiter d’autres lieux, passant par de nombreux endroits insolites et populaires, comme le quartier des jeux vidéo ou la tour de Tokyo. Sans qu’elle ne le dise, il remarqua sa démarche bancales à cause de ses petits pieds endoloris et lui proposa de faire une petite pause alors qu’ils venaient d’arriver à Shibuya. Confortablement installée sur un banc devant la statue d’Hachiko en face de la gare, elle soupira, ravie de pouvoir finalement être assise un petit peu.

« Tokyo est tellement grand… mais j’aime beaucoup cette ville, tu as eu une très bonne idée ! »

Elle espérait qu’être avec elle lui faisait plaisir, même en connaissant déjà bien la capitale. Voilà pourquoi, elle finit par demander, avec une petite mine préoccupée :

« Ca ne t’embête pas de visiter un lieu que tu connais déjà ? J’espère que tu ne t’ennuies pas trop. »



________ಠ_ಠ_________

Et voilà qu´elle aime... et voilà qu´elle danse. Elle me dit "je t´aime"... elle sort de l´enfance... Et moi qui suis là qui regarde et qui voit, je donnerai tout de même ma vie pour cette enfant qui grandit - Roméo et Juliette©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

#Team Nakano
avatar
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My first date with you Lun 21 Mar - 22:48

Le temple Meiji, c’était une bonne idée pour une première destination, évidemment, mais on ne s’attendrait pas à ça de la part d’une jeune fille de son âge. Un peu surpris mais intrigué pour autant, Naoki acquiesça. Peu importe son choix, il irait avec elle puisqu’il connaissait quasiment tout. Il ne voulait pas pour autant faire son intéressant, loin de là, mais il faut dire que les gratte-ciels et les éléments si différents de la ville par rapport à Ôsaka ne le faisaient pas exploser de surprise. Il connaissait, il avait déjà vu et surtout, il n’était pas très démonstratif ! La marche commença et là, il y eut un nouvel ennui. En réalité, ce n’en était pas vraiment un puisque le temps faisant, Naoki avait appris à la vitesse d’un humain pour ne pas se faire remarquer. Mais il semblait que Mio y faisait attention et cela le fit sourire intérieurement.

« Ne t’inquiètes donc pas pour moi, je peux marcher à n’importe quel rythme, j’ai l’habitude. »

C’était plutôt elle qui, à la fin de la journée, allait en avoir marre de marcher ! Lui ne ressentirait même pas de fatigue au bout de trois jours de marche banale. Ça, elle pouvait peut-être le comprendre mais il trouvait ça très étrange qu’elle s’en soucie autant alors que c’était lui d’eux deux qui était en meilleure position physique ! Vraiment, elle était étonnante.
Arrivés alors à leur destination première, il se mit à lui expliquer les fondements de ce temple si célèbre, ce qu’il en savait, ce qu’il pouvait lui partager de son grand savoir. Et la jeune humaine écoutait avec attention, comme s’il était son professeur particulier et qu’ils étaient en sortie scolaire. C’était fou comme elle était attentive à tout, avide de savoir et de connaissance avec ce si jeune âge, un âge où on préférait le shopping au patrimoine d’une ville, soyons honnêtes ! Naoki la regarda faire sa prière et quand à lui, il ferma les yeux pour souhaiter, simplement, que tout se passe bien pour Mio à l’avenir. Qu’elle trouve ce qu’elle cherchait dans la vie, qui n’était pas forcément lui, il en était persuadé.

Comme il le pensait, au bout d’un moment, elle finit par fatiguer. Ses pieds d’humaine criaient au repos et il le vit aussitôt, le sentit même. Elle n’eut pas besoin de le lui dire pour qu’ils fassent un arrêt près de la fameuse statut d’Hachiko, ce chien lui aussi si célèbre. Naoki avait oublié à quel point Tokyo pouvait être si intéressante, surtout par jour de beau temps.

« Je suis content que cela te plaise, j’hésitais quand à la ville à visiter. Yokohama est aussi très intéressante. »

Il l’y emmènerait probablement un jour, puisque c’était l’endroit parfait pour un temps d’amusement en couple. Le vampire regardait autour de lui, un peu mal à l’aise, peu habitué à tout ça désormais. Elle devait peut-être sentir son malaise puisqu’après tout, il n’y avait pas besoin d’être un monstre pour savoir décrire les sensations des autres et les lire en eux. Et puis, il faut dire que Mio était une experte en ce qui le concernait, apparemment !

« Ne t’inquiètes pas, ça me fait plaisir de revoir Tokyo. Cela fait… très longtemps que je n’y étais pas retourné. C’est une belle ville, surtout lorsqu’il fait beau. Ce doit être très différent de l’Irlande ! »

Il essayait de faire la conversation, aussi maladroitement que possible apparemment. Ce n’était pas son fort, ça aussi, c’était plutôt la spécialité de l’humaine. Mais il n’était pas un idiot, il avait du savoir, des connaissances… il pouvait alimenter de nombreuses conversations sans ciller.

« En fait, cette visite est surtout égocentrique. J’avais simplement envie… » Allait-il parvenir à le dire ? Ce n’était vraiment pas son dada, le déballage de sentiments… Bon allez, Naoki, prends ton courage à deux mains et avoue la vérité ! « … de t’avoir rien que pour moi. Tout en restant en public, bien évidemment. »

Le but n’était pas non plus de lui sauter dessus à la moindre occasion, loin de là ! Il n’y pensait même pas, c’était un gentleman. Mais voilà, il était certain que c’était aussi sa pensée première avec ce petit voyage improvisé. Ils avaient besoin d’espace, d’air nouveau, d’une chance de pouvoir se connaître un peu mieux et, surtout, d’une première ensemble comme des personnes normales, même s’il n’en était pas une.

« Ma peau n’est donc jamais trop froide pour toi ? Je ne t’ai jamais entendu faire de commentaire à ce sujet. »

Dit-il brusquement en pensant à sa nature de vampire. Elle en faisait rarement des descriptions ou comparaisons, c’était plutôt son truc à lui…

________ಠ_ಠ_________

Elle est tout, je ne suis rien. Elle comprend plus que je ne saurai jamais, elle est sûre quand je ne sais pas. De nous deux, elle est la plus sereine mais c'est pourtant moi qu'elle aime.
Quand cesseront les doutes, les peurs et les malaises ?
Revenir en haut Aller en bas

La mortalité, y'a que ça de vrai
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My first date with you Mer 23 Mar - 23:37

Son cœur ne put que s’emballer lorsqu’il avoua ces mots. Ces simples mots qui en disaient pourtant tellement. C’était la première fois qu’il avouait une chose pareille, et cette maladresse qu’il eut en le faisant la toucha à un point inimaginable. « T’avoir rien que pour moi »… Cette phrase raisonnait dans sa tête, comme un doux écho, comme une mélodie qui ne voulait pas s’arrêter. Il n’avait pas idée du bonheur qu’il lui apportait à ce moment précis. Cette situation était trop belle pour elle, elle s’en rendait compte. Le temps de quelques secondes, elle eut le sentiment d’être sur un nuage. Oh, Naoki… Si tu savais à quel point cette fille n'était rien qu’à toi, tu n’avais pas idée. Ses joues rougissant légèrement de joie et ses yeux plissant quelque peu aussi, Mio n’afficha qu’un simple et pourtant céleste sourire.

« Alors… je crois que nous sommes deux à être égocentriques...»


Avoua t-elle d’une voix douce, prévenante et rassurante. A ses yeux, il était tout sauf égocentrique. Il était… parfait… à sa façon. Une façon qui ne pouvait que lui plaire, inlassablement. De cette façon, elle lui faisait comprendre qu’elle aussi, avait envie de l’avoir rien que pour elle. Et quelle envie…

Sa question sur sa température de sa peau de vampire la surpris quelque peu et cela se vit sur son visage. Fronçant quelque peu ses sourcils, elle sembla réfléchir un court instant. La métisse ne s’était jamais vraiment posé la question. Il était clair que ce n’était pas grâce à lui qu’elle arrivait à se réchauffer mais cela n’avait jamais été une gêne pour elle au fond. Elle s’en accommodait sans problème. Qui aurait cru qu’elle en serait capable, elle qui était si frileuse à la base ? Il faut croire que l’amour aller au-delà de toutes ces choses là. Voilà pourquoi elle se contenta de répondre, sincère et tendre :

« Elle l’est. Mais jamais trop pour repousser mon envie de constamment te toucher. » Et langoureuse aussi, il faut croire… Pourquoi faisait-il aussi chaud tout à coup ? Probablement parce qu’elle mourrait d’envie de sentir sa peau contre la sienne depuis des heures justement…  Bon, calmes-toi Mimi ! Calmes tes ardeurs sinon tu vas finir par lui sauter dessus devant tout ce monde et ce n’est pas bien ! Se faisant un peu de vent à l’aide de sa main, elle finit par ajouter, avec un petit rire « Et puis avec les beaux jours qui arrivent, elle sera même plus qu’agréable ! Apparemment, Osaka est infernal en été… tu vas pouvoir me rafraichir ! » Comme quoi, ils pouvaient trouver leur compte tous les deux, non ?

« Allé viens, on continue ! »

Comme si le soleil lui avait donné le plein de vitamine, elle se leva avec vivacité et encouragea le vampire à faire de même. La fatigue avait tout son temps pour venir plus tard. Ajustant quelque peu la jolie tunique qu’elle portait par dessus son jean, l'humaine sourit joliment avant de reprendre sa marche avec l’être qui faisait battre son cœur, ce dernier aussi léger qu’une plume. Shibuya semblait tellement différent des autres quartiers de Tokyo… En chemin, ils rencontrèrent des gens de tout genre, allant du plus sobre des business man au plus fou des cosplayers. Le pire dans tout ça, c’est que tout le monde semblait s’accepter avec respect, sans se soucier ouvertement de la différence de l’autre. Ce n’était pas dans ce vieux village d’Irlande que ce genre d’individu aurait pu circuler aussi aisément ! Regardant autour d’elle comme une enfant ne sachant où poser ses yeux, Mio ne put que sourire en apercevant le fameux carrefour de Shibuya. Se laissant guider par Naoki vers l’une des galeries marchandes, elle le suivit jusqu’à un petit magasin de mode à la fois chic et décontracté. Là dedans, elle s’amusa à essayer des lunettes de soleil, lui demandant son avis, faisant l’idiote en prenant une pose selon le style de paire. Après un petit quart d’heure d’inspection plus agréable que contraignante, ils sortirent du magasin, et le regard clair de la jolie métisse s’arrêta alors sur un photomaton vintage se trouvant non loin. Sans même demander son avis, elle poussa l’immortel dedans et le força gentiment à s’assoir sur le tabouret avant de finir par tirer le rideau et s’assoir sur ses genoux.

« Faisons des photos, d’accord ? » Fit-elle tout en mettant une pièce dans la machine, excitée à l’idée d’avoir leurs tout premiers clichés en tant que couple. « Une série de différentes photos, ça te va ? »

En même temps, avait-il vraiment le choix? Sans plus attendre, elle appuya et prit une jolie pause, à la fois naturelle et mignonne, tandis que le compte à rebours se faisait avant le premier flash. En la découvrant, elle ne put qu’éclater de rire. S’il ne voulait pas avoir l’air expressif, et bien c’était gagné ! Il ressemblait à une statue de marbre, presque effrayante. Tout en râlant quelque peu sans pour autant arrêter de rigoler, elle passa son bras derrière la nuque du vampire avant d'étirer ses joues froides de bout de ses doigts, lui donnant alors un drôle d’air.

« Montre que tu es content ! Souris ! »


Et avant qu’il n’ait pu dire quoi que ce soit, le flash pour le second cliché s’enclencha, refaisant alors mourir de rire la pauvre Mio dont le ventre se tordait à force de se plier. Essayant les larmes qui perlaient ses grands yeux, elle soupira, joyeuse comme jamais.

« Mon dieu, j’en peux plus ! »
Annonça t-elle d’une voix tremblante « et si on essayait de faire une photo correcte pour cette fois ? »

Une photo de couple par exemple…

________ಠ_ಠ_________

Et voilà qu´elle aime... et voilà qu´elle danse. Elle me dit "je t´aime"... elle sort de l´enfance... Et moi qui suis là qui regarde et qui voit, je donnerai tout de même ma vie pour cette enfant qui grandit - Roméo et Juliette©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

#Team Nakano
avatar
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My first date with you Jeu 24 Mar - 17:07

Cette question de peau, évidemment que c’était stupide. Mais les pensées ne pouvaient pas toujours toutes être d’une intelligence incommensurable ! C’était la sienne, il y pensait souvent et maintenant, il avait besoin de l’extérioriser. Il ne la regarda pas pour autant en posant cette question bizarre et redoutait sa réponse. La dérangeait-il ? Et si c’était le cas et qu’elle l’affirmait, allait-il se permettre de la toucher à nouveau ? Beaucoup de questions se bousculaient face à des réponses toutes aussi nombreuses.
Et contre toute attente, sa réponse le fit sourire. Elle avait le don cette fille-là, quand même, pour répondre à ses doutes de façon… efficace, directe. Bon, Naoki retenait tout de même que sa peau était un peu trop froide pour elle, mais il était satisfait d’apprendre que cela ne la décourageait pas, bien au contraire. Nina ne lui avait jamais fait de réflexion de la sorte, mais il avait pu sentir plusieurs fois que son corps n’approuvait pas cette sensation glaciale qu’il lui imposait. Le vampire secoua la tête pour ne plus penser à sa calice, qui l’avait nourrit la veille histoire de ne pas avoir de problème de tentation ce week-end là, vraiment spécial à ses yeux. Et aux yeux de Mio aussi, il n’était pas difficile de le deviner.

« C’est vrai que la ville est chaude en été, je serai ravi de pouvoir t’être utile dans ce cas ! »

Affirma-t-il avec un beau sourire, tendre et rigide à la fois.
Ils continuèrent leur visite de Tokyo et Naoki se prit à découvrir des choses qui n’existaient pas la dernière fois qu’il avait mis les pieds dans la capitale nipponne. Des rues avaient changées, de nombreux magasins s’étaient installés, parfois ou même souvent loufoques, et le style des gens n’était plus le même. À Osaka aussi, on pouvait voir des personnes au look totalement libéré, mais pas à ce point ! Le vampire les regardait parfois avec de gros yeux, lui dont la personnalité était encore marquée par les vieilles années où les femmes ne montraient pas leurs jambes sauf si elles étaient des geishas. Et encore.
Mio, elle, ça l’amusait et c’était tout ce qui comptait vraiment pour lui. Il la regardait souvent s’émerveiller d’un rien sans qu’elle ne s’en aperçoive, et se faisait tirer ça et là pour telle ou telle activité. Il finit dans un petit photomaton, cabine étriquée où ils s’entassèrent à deux pour « faire des photos ». Bon, ok, ça pourrait faire de beaux souvenirs… mais pourquoi dans un truc si petit, avec à peine la place de bouger un poil de bras ???

Il y eut le premier flash, la première photo. Naoki avait pris sa pose la plus naturelle : celle du vampire de souche, ou plutôt du petit garçon des vieilles années où là encore, on ne faisait pas les oreilles de lapin lors des photos au risque de se prendre une sacrée claque de la part de sa grand-mère. Bref, lui, il était normal sur la photo mais elle, elle faisait l’idiote ! C’était loupé !

« Mais ça se voit que je suis content là… » maugréa-t-il, ne comprenant pas où était le problème.

Elle se mit à lui étirer les joues, lui faisant faire une grimace horrible qui le faisait encore plus ressembler à un monstre. Et ça l’amusait ! Décidément, il ne comprenait pas les jeunes femmes de cette décennie… Pourquoi c’était drôle ? Naoki la regardait avec un air complètement perdu, se demandant comment réagir. Se fâcher parce qu’elle se moquait, rire parce que c’était ‘normal’ ou rester de marbre en faisant semblant que cela ne l’atteignait pas ?

« Pour moi, une photo correcte, c’est une photo où on se tient droit, on ne fait pas de grimace, on est bien coiffé et on ne sourit pas comme des idiots… Ne t’a donc rien appris ? »

Maugréa-t-il de nouveau comme le vieillard qu’il était. Mais il fallait se faire à l’évidence que ce serait à lui de s’adapter aux coutumes de Mio – et donc de ces années – plutôt que l’inverse. Il allait devoir sourire devant les photos, génial. Comment on faisait, déjà ? Il laissa la jeune femme le guider comme il le pouvait, passa son bras autour de sa taille – n’était-ce pas trop intime pour une photo que tout le monde allait voir ? – et il fallut plusieurs tentatives pour que son sourire soit naturel. Le sourire qu’il avait quand il la regardait, par exemple. Une photo prise à l’improviste, d’ailleurs, illustra parfaitement ce qu’ils représentaient l’un pour l’autre. Elle tomba sur le côté du photomaton sans qu’ils ne l’aient prévu, un simple flash qui était passé inaperçu. Le vampire s’en était emparé et l’avait regardé longuement, avant de la tendre à Mio.

« Elle est bien, celle-là » dit-il d’une voix basse en détournant le regard.

Sur cette photo, la jeune humaine avait une pose vraiment mignonne, sans oreilles de lapin, sans artifice, juste elle et son sourire, ses grands yeux et la tête légèrement penchée sur le côté, comme les mignons petits chiots. Le vampire, lui, la regardait en catimini, et il y avait cette lueur dans son regard qui, même lui, ne le trompait pas. C’était vraiment gênant.

________ಠ_ಠ_________

Elle est tout, je ne suis rien. Elle comprend plus que je ne saurai jamais, elle est sûre quand je ne sais pas. De nous deux, elle est la plus sereine mais c'est pourtant moi qu'elle aime.
Quand cesseront les doutes, les peurs et les malaises ?
Revenir en haut Aller en bas

La mortalité, y'a que ça de vrai
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My first date with you Lun 28 Mar - 22:15

La réaction de Naoki ne manquait pas de l’amuser grandement. Il semblait complètement perdu face à elle, incapable de savoir comment réagir. Le fait qu’il lui affirme être vraiment content ne fit que mettre de l’huile sur le feu et c’est sans espoir que Mio se mit à rire de plus belle, se tenant le ventre tandis que ce dernier se tordait sans qu’elle puisse le contrôler convenablement. Il allait finir par s’énerver pour de bon si elle ne se calmait pas, elle le connaissait trop pour ne pas prévoir certaine de ses réactions. Voilà pourquoi elle tempéra les choses, se maîtrisant du mieux que possible, gloussant malgré tout en écoutant son discours vieux jeu sur la façon dont on devait se tenir face à un objectif. C’est dans ce genre de situation qu’elle voyait oh combien leur mentalités pouvaient être différentes, ils ne venaient clairement pas du même temps. Mais plutôt que s’en inquiéter, Mio trouvait ça touchant. Il était un rabat-joie, mais un rabat-joie adorable. Voilà pourquoi la belle finit par essuyer les larmes de rire qui avaient perlé ses beaux yeux noisette, et lui avait expliqué comment « les jeunes » couples prenaient des photos ensembles aujourd’hui. Sans qu’elle n’ait besoin de lui dire, il avait instinctivement encerclé sa fine taille de guêpe de son bras et cette sensation était profondément agréable. Tendre, simple… ce geste n’en faisait pas trop et c’était bien pour cela que c’était parfait. Il était parfait, à sa façon. Comment refuser d’aimer un être pareil ?

Après quelques tentatives, une des photos prises sans trop de préparation sembla nettement sortir du lot. Une photo qu’il analysa un instant avant de lui donner, un peu patraque. Il affirma qu’elle était bien, détournant ses beaux yeux sombres, gêné comme jamais. Observant le cliché à son tour, Mio sentit son cœur se serrer de joie. Cette photo était vraisemblablement parfaite, c’était sur. Mais ce n’était clairement pas parce qu’elle était mignonne dessus. C’était parce qu’il la regardait, naturellement, avec une lueur dans le regard qui ne trompait pas. La dévisageait-il toujours ainsi lorsqu’elle était près de lui ? Le faisait-il chaque fois qu’elle ne le regardait pas ou qu’elle avait le dos tourné ? Elle ne parvenait pas croire que cet homme qui ne laissait presque jamais rien paraître pouvait la fixer avec une telle tendresse dans les yeux. Et pourtant, c’était lui. C’était bien lui. Son cœur s’affolant sans retenue, un grand et beau sourire se dessina sur le visage angélique de la jeune humaine. Pourtant, plutôt que de crier comme l’aurait fait beaucoup de filles face à une photo aussi « kawaii », elle se contenta de répondre calmement, d’une voix très douce :

« Tu as raison, celle-là est très bien. »

Au fond, il savait qu’elle pouvait ressentir sans mal sa gêne et c’est bien pour cela qu’elle ne chercha pas à le taquiner, ni à en faire trop. Elle voulait surtout qu’il se sente bien avec elle, que les choses se passent simplement, agréablement. Oui, c’était vraiment tout ce qu’elle voulait. Cependant, comme une pauvre fille bien trop amoureuse du garçon avec qui elle était, Mio ne put s’empêcher de lancer un regard tendre au vampire qui la tenait toujours assise sur lui. Sans pouvoir y résister, elle avança son visage près du sien et déposa un savoureux et chaste baiser sur la joue froide de l’immortel, non loin de la commissure délicate de ses lèvres. Un geste simple qui n’en faisait pas trop, mais suffisamment doux et sucré pour lui témoigner de l’envie qu’elle avait de lui et surtout de l’affection qu’elle ressentait. Avec ce rideau qui les cachait, il n’allait clairement pas rechigner pour un peu de douceur…

Ils finirent par sortir de la cabine, Naoki en premier et elle le suivant, tandis qu’elle bataillait pour ranger le cliché dans son sac sans craindre de l’abimer. Soudainement, une voix étrangère interpela le vampire qui s’arrêta net, et Mio dut rapidement freiner sa démarche pour ne pas rentrer dans le dos de l’immortel. Face à lui, un autre jeune homme lui faisait face, un homme qu’il semblait reconnaître et dévisager comme s’il était un fantôme revenant de l’autre monde. Derrière son amant, la belle distinguait mal cet individu bien que ce dernier lui semblait être étranger et plutôt beau garçon. Sans qu’elle n’ait besoin de se poser la question, la posture de Naoki laissait sous-entendre qu’il fallait qu’elle reste derrière lui tant qu’il ne lui avait pas donné l’autorisation de bouger ; à la fois protecteur, possessif et surtout secret vis-à-vis de cette étrange retrouvaille. Cette étrange retrouvaille qui ne tarda pas à dire, avec un savoureux accent anglais :

« Sapristi… si on m’avait dit qu’après des décennies, le grand Naoki reviendrait dans la capitale, j’aurai eu grand mal à y croire ! Comment vas-tu depuis tout ce temps mon frère ?  Quel drôle de vent t’amène ici ? »

Le grand Naoki en question se contenta de répondre sobrement, sans vouloir rentrer dans les détails. Au vu du ton qu’il employait et de son aura, Mio comprit sans mal que lui aussi était un buveur de sangs…  surtout lorsqu’il eut ces mots, qui, malgré elle, lui donna froid dans le dos…

« Je vois… et à part ça… quel est cet étrange trésor que tu caches derrière toi depuis cinq bonnes minutes ? Ton repas pour ce soir ? Cela sent affreusement bon… »


Hein ? Un repas ? Non mais ça ne va pas ! Agrippant discrètement la veste de Naoki par crainte, elle finit cependant par le laisser s’écarter après qu’il l’ait rassuré secrètement, laissant le vampire bel et bien occidental la dévisager. Et malgré la peu d’assurance qu’elle avait, la jolie métisse ne put s’empêcher de trouver ce dernier vraiment très beau. Pas autant que Naoki à son gout –jamais personne ne pourrait le dépasser de toute façon ! – mais c’était la première fois qu’elle voyait un vampire européen et on ne pouvait pas dire ce dernier manquait de charme. Grand, cheveux à la fois brun et cendré, yeux verts… comment l’immortalité pouvait rendre les gens si attractifs ?

Pour sa part, lorsque la jeune humaine rentra enfin dans son champ de vision, le vampire parut aussitôt étonné. Voir même… choqué. Ce regard de biche à la fois inquiet et profond le troubla et il le montra sans gêne Et après avoir longuement analysé la jeune fille, il annonça, incrédule :

« Non de non... si l'odeur de son sang ne la trahissait pas, on pourrait croire sans mal qu'elle fait partie des nôtres ! Quelle bien jolie créature… »

Puis, sans plus attendre, il détourna ses puissants yeux verts vers son compatriote et demanda prestement, intrigué comme jamais :

« Naoki, j'imagine que cette petite merveille a un nom ? Qui est-elle? »


________ಠ_ಠ_________

Et voilà qu´elle aime... et voilà qu´elle danse. Elle me dit "je t´aime"... elle sort de l´enfance... Et moi qui suis là qui regarde et qui voit, je donnerai tout de même ma vie pour cette enfant qui grandit - Roméo et Juliette©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

#Team Nakano
avatar
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My first date with you Mar 29 Mar - 15:52

C’était dur à admettre, ou du moins à le pointer du doigt, ce regard si révélateur. Naoki ne pouvait pas faire comme s’il n’était pas lui-même impressionné et gêné par cette photo qui en disait plus long sur ce qu’il ressentait que ses propos. Contre toute attente, Mio n’insista pas et ne chercha pas à le mettre encore plus mal à l’aise, il l’en remercia intérieurement. Déjà que c’était bien difficile comme ça… si en plus il devait subir des remarques dont il ne maîtrisait pas encore les conséquences, il ne s’en sortirait plus.

Après un court moment de latence, ils finirent par sortir du photomaton, récupérant toutes les photos et les rangeant avant de partir ailleurs, visiter le reste. Il leur restait encore un peu de marche à faire, rien de trop excessif néanmoins ! Il avait cette idée en tête, lorsqu’il tomba nez à nez avec une connaissance qu’il n’était pas certain de revoir comme ça. Pas ce jour-là, en présence de l’humaine. Peut-être que s’il l’avait appelé et ils auraient pris rendez-vous dans un endroit plus secret et calme, il aurait accepté et se serait détendu… mais là, ils étaient en public. Alec se tenait devant lui.

Alec, c’était comme son jumeau. Ils étaient devenus vampires à peu d’écart, créés par le même vampire. Ils avaient tous deux mal vécus leur transformation et plus tard, s’étaient trouvés des points communs. Alors qu’ils n’étaient plus des nouveaux-nés, Alec et Naoki avaient beaucoup traînés ensemble, fait des projets entre amis, partagés parfois des conquêtes. Jamais leurs calices, néanmoins. Tout s’était dégradé à la connaissance de Sasha, sa dernière calice en date avant Nina, celle pour qui il avait tant souffert, qu’il avait tant aimé. Sasha l’avait choisi lui comme maître plutôt qu’Alec, alors que ce dernier avait déjà des sentiments pour elle, Naoki le savait aussi à l’époque. Ils avaient fréquentés cette humaine presque illégalement, elle avait dû faire un choix et la vie étant, ce choix était devenu lui. Naoki n’avait jamais regretté d’avoir eu Sasha à la place d’Alec, parce qu’il l’avait tellement aimé qu’il n’aurait pas voulu manquer ça. Mais en repensant à cette fraternité qu’ils partageaient autrefois et dont peut-être, il ne restait plus rien, il se demanda ce que l’autre vampire en pensait, et s’il lui en voulait encore.
D’un geste protecteur, il tendit le bras en arrière pour cacher Mio, tout en sachant qu’il la verrait mais surtout, la sentirait. Ils étaient pareils, tous les deux, attirés par les mêmes odeurs… ce ne serait pas étonnant que Mio lui plaise. Et s’il tentait de faire le même coup qu’il lui avait fait avec Sasha ? Prendre Mio en calice et l’aimer ensuite, avant qu’elle ne meurt ? Non, il ne voulait pas y penser, pas de cette manière.

« Je ne fais que passer, comme tu le vois. Mais c’est vrai que ça fait longtemps… Alec. »


Alec, c’était un vampire occidental, vraiment beau, comme la plupart des vampires. Lors de sa transformation, ses traits de jeunesse s’étaient embellis et sa pâleur ne faisait que rendre plus chatoyant ses beaux yeux verts. Il était grand, bien bâti mais pas inaccessible pour autant. Naoki se demanda sincèrement ce qu’il avait pu devenir depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus, à la mise en terre de Sasha. Ce dernier lui avait assené qu’il ne lui pardonnerait jamais de n’avoir pas été assez vigilant avec sa calice, que c’était de sa faute si elle n’était plus là. Les tensions n’avaient jamais été aussi palpables entre eux.
En entendant le mot repas, le japonais grimaça et se retint de sortir les crocs pour lui faire ravaler ses paroles. Mais il n’avait pas le droit d’en montrer plus qui laisserait deviner ce qui se passait entre lui et Mio. Surtout qu’il avait déjà une calice qui l’attendait sagement à la maison, tandis qu’il batifolait avec une humaine même pas mordue. Sans mot dire, il se décala finalement pour laisser voir un peu plus la jeune femme, tout en restant sur ses gardes. Alec avait trop de classe pour l’attaquer comme ça devant lui, en pleine rue et en plein jour également. Pour l’instant, il n’y avait pas de quoi s’en faire…

« Elle n’est pas l’une des nôtres et je doute que son nom t’intéresse vraiment. Pourquoi cela t’intéresse tant ? Serais-tu devenu si impotent pour trouver ta propre nourriture ou tes propres calices que tu te sentes obligé de renifler celle des autres comme un chien ? »

Il n’avait pas un ton très agréable et ça, tout le monde l’avait perçu. Même autour d’eux, l’ambiance s’était refroidie. La rue était devenue plus terne et les deux vampires ne se quittaient pas des yeux. Comme une bataille à gagner. Jusque là, Naoki avait été à la fois gagnant et perdant, mais il ne souhaitait pas pour autant renouveler le combat. A la base, il appréciait beaucoup Alec, c’était un vampire respectable et respecté, qui avait de l’indulgence pour les humains et s’occupait bien de ses calices. Il n’y avait rien à redire là-dessus. Mais leur passé commun l’empêchait de lui sourire et de parler gentiment.

« Je ne veux pas d’ennuis Alec, surtout pas avec toi. Tu sais très bien qu’avec moi, ton sourire ne trompe pas. Alors fini les bonnes manières et la politesse, je vois au fond de tes yeux que tu ne t’intéresses pas à la personne qui est avec moi pour mon bien, mais pour… quoi, te venger ? Arrêtons ce jeu. Il s’est passé trop de choses pour qu’on continue à faire comme si chacune de nos rencontres était un grand bonheur… ‘mon frère’. »

Il voyait bien qu’il lui en voulait encore, il n’y avait pas de doute là-dessus. A peine avait-il prononcé ces mots que la mâchoire du bel occidental s’était serrée. Non, il n’était pas prêt de lui pardonner la mort de cet être cher, tout comme Naoki ne se le pardonnerait jamais non plus.

« Je ne suis pas sûr qu’on puisse faire table rase du passé, mais cette fille n’a pas à en pâtir. »

________ಠ_ಠ_________

Elle est tout, je ne suis rien. Elle comprend plus que je ne saurai jamais, elle est sûre quand je ne sais pas. De nous deux, elle est la plus sereine mais c'est pourtant moi qu'elle aime.
Quand cesseront les doutes, les peurs et les malaises ?
Revenir en haut Aller en bas

La mortalité, y'a que ça de vrai
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My first date with you Mer 30 Mar - 12:55

C’était la première fois que Mio faisait face à un autre vampire que Naoki. Et ce dernier avait eu raison de la prévenir quant à ses congénères et leurs comportements imprévisibles. Ces yeux verts aussi perçants que ceux d’un serpent  la dévisageaient sans mal, et cela l’avait mis grandement mal à l’aise. Ce n’était pas de la peur qu’elle ressentait à ce moment là, elle savait que son vampire la protègerait envers et contre tout. Au fond, elle était surtout impressionnée par la prestance de cet inconnu immortel dont l’allure était majestueuse et remplie de charme… mais aussi de danger. Un seul geste, et il pourrait aisément se saisir de sa gorge avant même qu’elle ne l’ai vu venir. Elle était comme un faon face à un loup, et si Naoki n’était pas là, elle n’aurait certainement pas hésité à prendre les jambes à son cou malgré tout.  Elle se sentait vulnérable, malgré elle.

Il était hors de question pour le vampire japonais que son confrère en sache trop sur le rôle de la jeune humaine. Comme un guerrier rempli de possessivité, il ne mâcha pas ses mots et les protégea tous les deux, le regard noir, l’allure plus froide que jamais. Aussi bien lui qu’elle, ils étaient tous les deux conscients que le statut de leur relation était délicat, et que si quelqu’un le découvrait, ils risquaient d’avoir de sérieux problèmes. Une relation amoureuse entre un vampire et une simple humaine ? C’était très mal vu aux yeux des immortels. La plupart des vampires voyaient ça comme quelque chose de malsain et de non naturel. Voilà pourquoi ce fameux Alec ne devait absolument rien savoir.

Cependant, la belle tiqua face au discours qu’avait l’être qui animait son cœur. Se venger ? Pourquoi Alec chercherait à se venger, pour quelle raison ? Impossible de faire table rase du passé ? Qu’est ce que cela voulait dire ? Mio les regarda à tour de rôle, interdite, en dehors de tout ça. Visiblement, il s’était passé quelque chose entre eux avant aujourd’hui, quelque chose qui avait vraisemblablement mis un terme à leur lien. Mais quelle chose exactement ? Complètement perdue, la jolie métisse se contenta d’écouter cette houleuse conversation, légèrement angoissée par la tournure dont prenaient les choses. Naoki semblait agressif, elle ne voulait pas qu’il s’emporte et que cela se termine en combat de vampire en pleine rue de Shibuya, aux yeux de tous. Pourtant, elle n’osa pas toucher le vampire nippon, pas même d’un seul doigt. Quand il était comme ça, un simple effleurement ne ferait que l’agacer d’avantage. La mortelle n’avait pas encore la capacité de calmer son vampire. Elle resta donc non loin de lui, silencieuse, pleine de questions.

Le discours qu’il eut eu le don de faire crisper la mâchoire d’Alec. Même-elle le vit, et c’était comme si tout à coup, le vampire eut un second visage. Plus fermé, plus froid, plus en colère…
Mais contre toute attente, ce dernier se mit à rire, rire très fort en tapant dans ses mains. Interdite, la belle leva son visage vers Naoki, comme pour obtenir une explication face à ce comportement bien étrange. Et lorsque finalement, le bel étranger se calma, il annonça, entre deux rires charmants :

« Comme toujours cher Naoki, tu vois le mal de partout ! De l’eau a coulé sous les ponts depuis tout ce temps, tu sais ? Et puis, pour ma part, je suis un gentleman… l’idée de voler la conquête d’un autre confrère ne me viendrait jamais à l’esprit, surtout si ce dernier a des sentiments pour elle.  Quelque part… cela me répugnerait de trahir l’un des miens.»


Il avait lâché ces derniers mots dans un murmure, dévisageant son frère d’immortalité avec un regard perçant, provocateur et froid ; comme s’il l’accusait pour quelque chose. Cette attitude ne put que rendre perplexe la belle qui ne savait vraiment pas quoi penser. Alec semblait vraiment avoir deux visages, il était très difficile à cerner. Et son cœur ne put que se gonfler d’inquiétude lorsque ce dernier finit par demander, avec  une voix bien trop doucereuse pour être accueillante :

« Mais quelque chose me tracasse légèrement, tu sembles bien sur la défensive depuis tout à l’heure. Tu l’es tellement que cela semble vraiment plus que suspect. Qu’essaies-tu de cacher en vain ? »

Un silence très pesant s’installa dans la rue qui avait pris des allures de ruelle sombre et malveillante. Le fait que Naoki ne réponde pas n’aidait en rien dans la situation, elle le savait bien. Les battements de son cœur se doublant d’avantage, l’humaine eut réellement peur qu’Alec finisse par saisir le statut « d’hors la loi » qu’ils avaient tous les deux. Voilà pourquoi elle se décida à prendre les devants, afin de tempérer les choses. Il y avait cinquante pour cent de chance que Naoki se mette en colère contre elle après coup, mais qu’à cela tienne, il fallait qu’ils sortent de cette impasse tout de suite !

« Ano… ! »
Finit-elle par murmurer tout à coup, sans qu’ils ne s’y attendent. « Enchantée de faire votre connaissance, je suis Mio. Je… je suis le nouveau calice de Miyamoto-san. »

Elle pouvait sentir le regard du concerné sur elle, mais ne s’en déroba pas, faisant tout pour paraître sure d’elle et en confiance. Calice oui… voilà ce qu’elle avait trouvé comme excuse, mais en même temps y avait-il vraiment d’autre alternative ? Elle n’était pas clairement pas un repas (on ne se prenait pas de photo avec de la nourriture !) et elle pouvait encore moins passer pour une simple humaine flirtant avec un vampire. Alors oui… le statut de calice avait été la seule solution.
Très surpris d’entendre cela, Alec sembla un peu perdu face à cette annonce, comme si cette nouvelle était des plus surprenantes. Mais bien vite, il finit par sourire doucement, puis susurra en s’inclinant de façon distinguée et agréable :

« Mio… quel bien joli nom que voici. Alec Edwarsen, enchanté. Je suis censé être un vieil ami de Naoki.  Je vous prie de nous pardonner pour cette altercation Mademoiselle, visiblement, votre maître n’est guère content de me voir. » Puis, sans plus attendre, il remonta son regard vers l’autre vampire et cracha, doucement : « Tu devrais traiter ton calice mieux que ça, « cette fille » comme tu dis mérite bien plus de respect. »

Et comme s’il voulait mettre toujours plus d’huile sur le feu, il ajouta à l’adresse de la mortelle, avec un sulfureux regard :

« Sachez que si vous étiez mienne, ce genre de propos ne serait jamais sortir de mes crocs. Vous êtes bien trop précieuse pour qu’on vous surnomme ainsi. Certains devraient revoir leur éducation le plus prestement possible. »
« Miyamoto-san est très gentil avec moi. »


Avait-elle tout simplement rétorqué sans plus attendre, de façon polie et calme, montrant un semblant de cette assurance qu’elle possédait bel et bien. Une réponse qui étonna le vampire occidental, plus que raison. Un calice ayant du tempérament, ce n’était pas commun. Mais plutôt que de jouer trop longtemps avec le feu, le vampire aux yeux verts préféra lever l’ancre. L’odeur de l’humaine avait éveillé son appétit et il devait se mettre en chasse tout de suite, cela pouvait se voir au vue des pupilles noires qu’il abordait soudainement. Tout en s’approchant d’eux, il annonça :

«Maintenant, si vous voulez bien m’excuser, je vais prendre congé. Naoki, j’espère très sincèrement que la prochaine fois que vous vous verrons, tu seras un peu plus aimable que ça. Mon petit doigt me dit que nous allons nous revoir bientôt, je passerai très certainement à Osaka. » Et même si c’était très mal vu de toucher le calice d’un autre, il n’hésita pas à prendre la main de l’humaine et feignit un baise main.  Après tout, au vu des circonstances du passé, son « frère » n’allait certainement pas lui faire du tord pour ce simple geste. « Mademoiselle Mio… ce fut un délicieux plaisir de faire votre connaissance. J’espère vous revoir également.»

Il lui sourit majestueusement et elle put voir des crocs bien taillés au milieu de ces dents blanches. Finissant par se redresser, il adressa un dernier regard à Naoki, le toisant des yeux, un sourire moqueur abordant son beau visage pale. Ce lien était bien trop étrange pour passer au dessus, et il allait mener l’enquête pour voir ce qu’il en retournait réellement. Les deux vampires le savaient tous les deux. Avant de définitivement leur tourner le dos, il observa encore une fois Mio et murmura :

« Adorable petit lionceau. »

Puis il partit à la hâte, les laissant plantés là comme deux statues de pierre.  Soupirant de tout son être, l’humaine posa un instant les mains sur son cœur, essayant de calmer les battements affolés de ce dernier. Voilà une bien étrange rencontre. Tout ceci l’avait quelque peu perturbée, il fallait bien l’avouer. Tout en se tournant vers le vampire, elle demanda, d’une voix douce :

« Naoki… est ce que tout va bien ? »


________ಠ_ಠ_________

Et voilà qu´elle aime... et voilà qu´elle danse. Elle me dit "je t´aime"... elle sort de l´enfance... Et moi qui suis là qui regarde et qui voit, je donnerai tout de même ma vie pour cette enfant qui grandit - Roméo et Juliette©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

#Team Nakano
avatar
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My first date with you Jeu 31 Mar - 15:17

Naoki avait pris volontairement une parole de distanciation avec Mio pour ne pas s’attirer des ennuis au niveau d’Alec et de la communauté des vampires. Etre proche d’un calice, c’était autorisé et même normal – certains le conseillaient, même – mais être si proche d’un humain alors qu’on avait des calices, c’était un peu mal vu tout de même. C’était trop dangereux et sincèrement, Naoki ne pensait pas tomber sur un congénère de ses connaissances en emmenant la jeune femme à la capitale nipponne. Manque de chance, à croire qu’on ne souhaitait pas qu’il soit heureux sur cette Terre ! Retenant sa colère, il essayait d’afficher un air détaché qui avait du mal à rester en place. Ce masque de froideur et de mystère qu’il portait continuellement avec les autres avait du mal à ne pas se fissurer face à des personnes comme Mio, Alfred et… Alec. Ils avaient été si proches fut une époque qu’ils se connaissaient profondément… voire un peu trop. Et aujourd’hui, Naoki n’arrivait pas à assumer le fait que l’occidental en sache plus sur lui que n’importe qui d’autre dans ce monde – et qu’il pouvait l’utiliser comme bon lui souhaitait.

Le problème d’Alec, c’était qu’il lui ressemblait presque trop, malheureusement pour lui. Cela voulait dire que le japonais était tout aussi bien capable de discerner le vrai du faux dans son discours, et les vraies émotions qui pouvaient le traverser. Le fait qu’il rit n’était pas forcément bon signe, et ne voulait pas dire que l’ardoise était effacée, loin de là. Le visage froid et les yeux sombres que l’occidental avait eu pendant une toute petite seconde… c’était ça, sa vraie nature. LEUR vraie nature. Naoki avait, lui, les yeux naturellement sombres donc ce n’était pas toujours visible – sauf quand il allait son regard à ses propos – mais Alec dont les prunelles étaient d’un beau vert se laissait avoir. Sa fureur, du moins pour lui, était perceptible. Oui, ils se connaissaient bien trop pour se faire croire à l’un et à l’autre que cette rencontre était de bon augure et signe d’une réconciliation prochaine. La preuve, il le piquait avec cette histoire de trahir les siens.

« Je n’ai trahi personne » répondit Naoki dans un grognement, la voix exagérément basse. « Tu sais très bien que je ne savais pas. »

Bon, à cette époque, il se doutait un peu qu’Alec était aussi intéressé par Sasha que lui… mais en tant que calice, pas en tant que partenaire de vie ! Il ne l’avait appris qu’après. Mais le japonais ne pouvait pas en vouloir à l’occidental de parler de trahison puisque, à sa place, il dirait probablement la même chose, et le vivrait bien plus mal.
À présent, Naoki était parfaitement en colère et celui qui ne l’avait pas encore compris était bien sot. Son visage ne laissait plus place à aucune sympathie pour qui que ce soit, et les propos de Mio ne firent qu’accentuer cette envie de tout casser autour de lui pour se calmer. Non mais… elle se rendait compte de ce qu’elle disait ???? Et si Alec demandait à voir sa morsure ? Elle savait très bien qu’elle n’en avait pas, et mentir était encore pire. Déjà très fâché, ce fut vers elle que sa colère se reporta alors qu’au départ, il en voulait surtout à Alec et ses allusions peu subtiles sur son lien avec l’humaine. Calice, Mio, et puis quoi encore hein ??? Cette simple idée lui retournait l’estomac. Les poings serrés, Naoki tentait de contrôler ses émotions mais cela devenait de plus en plus difficile avec ses deux interlocuteurs qui mettaient ses nefs à rude épreuve. Lui, le roi du sang-froid – ou presque – le perdait de plus en plus.

« Balaye devant ta propre porte au lieu de critiquer le paillasson des autres. »

C’était sorti sans qu’il ne le contrôle : froid, horriblement dur, sans une once de bonne amitié. Où était-elle passée ? Il n’en avait aucune idée mais plus Alec ouvrait la bouche et plus elle disparaissait dans le passé, cette amitié si fraternelle qu’ils avaient partagé. Comme quoi, une femme pouvait réellement tout changer… L’occidental devait savoir qu’il avait touché juste de toute évidence, puisqu’il en rajouta une couche. Comme si Mio pouvait devenir sa calice, et puis quoi encore… Si elle n’était pas sienne, elle ne serait à personne ! Elle ne méritait pas un tel destin. Et pas juste par vengeance, surtout. Ce n’était pas une façon de se trouver un calice, et Alec le savait aussi bien que lui.

« J’espère seulement ne pas t’y voir. Reste loin d’Ôsaka. »

C’était SA ville et tous deux le savaient. Depuis la mort de Sasha, Alec s’était attribué Tokyo et Naoki était resté à Ôsaka. C’était comme un accord tacite entre eux et si, en effet, le vampire japonais était venu en ce jour à Tokyo, ce n’était en aucun cas pour foutre le bordel, comme Alec pensait le faire en venant à son hôtel ! Décidément, cette journée ne ressemblait pas à celle qu’il s’était imaginée. Ne lâchant rien d’autre qu’un regard noir, Naoki laissa partir Alec et resta tendu même une fois que celui-ci eut disparut dans une rue transverse.

Non, tout n’allait pas bien, au contraire. Alec avait gâché toute cette journée par sa présence et Naoki ne pouvait pas retourner dans le monde réel sans penser à tout ce passé qu’il avait réussi à enfouir très loin en lui. Repenser à toutes ces choses, ces événements, ces sentiments qui l’avaient transformés ne le rendaient pas vraiment sympathique en l’instant, et il en avait conscience. Il était toujours en colère – envers lui-même pour ne pas avoir pu éviter Alec – envers l’occidental pour l’avoir cherché de cette façon – et envers Mio qui n’avait pas pu…

« Alors vous les humains, impossible de vous la fermer apparemment. Qu’est-ce qui t’a pris de dire que tu étais ma calice ?! Tu penses que tu peux balancer ce genre de mensonge à tout le monde en pensant que ce sera mieux que de dire que tu es humaine ? La seule chose que tu avais à faire, c’était de te taire. Rien de plus. » Voilà ce qu’il aurait aimé dire à Mio, mais dont il ne divulgua rien du tout. Ce serait rendre la situation encore plus impossible à vivre et en ce moment, il n’avait qu’une envie, c’était de rentrer à l’hôtel, dans sa chambre, et de s’y enfermer pour les jours à venir. Oui, il voulait rester. Alors, sans même dire un mot, il tourna les talons et se mit à marcher, probablement un peu trop vite pour la simple humaine qu’elle était puisque ses pas étaient guidés par la colère et qu’elle avait une fâcheuse tendance à le faire avancer plus vite que la moyenne.

Est-ce qu’il allait lui parler de tout ça ? De ces sous-entendus avec Alec ? Sûrement pas. Mio n’avait pas besoin de connaître ce genre de détails et, sincèrement, il n’était pas prêt d’en toucher mot à qui que ce soit, c’était bien trop dur. Il se contentait d’avancer, le visage fermé, les mains dans les poches, le regard si dur qu’un enfant se mit à pleurer en le croisant. Il marcha ainsi jusqu’à un coin un peu plus désert et, laissant éclater sa colère, cogna son poing contre un mur de briques dont quelques unes se brisèrent. Mine de rien, ça faisait du bien…

________ಠ_ಠ_________

Elle est tout, je ne suis rien. Elle comprend plus que je ne saurai jamais, elle est sûre quand je ne sais pas. De nous deux, elle est la plus sereine mais c'est pourtant moi qu'elle aime.
Quand cesseront les doutes, les peurs et les malaises ?
Revenir en haut Aller en bas

La mortalité, y'a que ça de vrai
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My first date with you Jeu 31 Mar - 17:47

Furieux. Il était clairement furieux. Elle pouvait bien le voir, ce n’était pas difficile à deviner.  Ne sachant comment réagir, elle se contenta de le dévisager, penaude, n’osant rien dire de plus pour le moment. Même sans avoir besoin de respirer, sa colère pouvait se voir grâce à son buste qui se soulevait avec puissance.
Non, ça n’allait pas bien. Pas bien du tout même, et elle se sentait tellement impuissante à ne rien faire, à ne pas savoir quoi faire pour qu’il se calme ! Son cœur se souleva légèrement de peine en le voyant partir sans même lui adresser un mot ou un regard, comme si elle n’était rien à ses yeux sur le coup. Soupirant doucement, Mio s’empressa d’emboiter le pas à son tour afin de ne pas le perdre, essayant difficilement de le garder proche d’elle. Pourquoi les choses prenaient-elles une tournure pareille? C'était injuste !

« Naoki, tu marches trop vite… »


Précisa t-elle doucement, commençant presque à trottiner pour réussir à ne pas être trop éloignée. De plus en plus inquiète de le voir ainsi, la belle se contenta de le suivre à la hâte, passant entre les gens en s’excusant poliment mais de façon brève ; s’excusant également pour ceux à qui il coupait parfois la route sans même leur adresser un regard.
C’était peut être mieux ainsi cela dit. Il suffisait de voir comment cet enfant était en pleurs à cause des yeux noirs du vampire qu’il venait tout juste de croiser à l’instant.... En voyant l’état du petit garçon, Mio ne put s’empêcher de froncer les sourcils, mécontente mais surtout de plus en plus anxieuse. Il allait vraiment falloir qu’il se contrôle avant que cela dégénère pour de bon ! Fixant pendant un instant la mère de l’enfant qui consolait ce dernier en demandant la raison de ses pleurs soudains, la jeune humaine s’empressa de reprendre sa course, se mettant carrément à courir alors que le vampire semblait de plus en plus loin.

« Naoki, attends ! »

Et tandis qu’elle passait tant bien que mal entre cette foule qui la séparait de lui, des milliers de questions défilaient dans son esprit. Qui était vraiment Alec ? Pourquoi semblaient-ils avoir de la rancœur l’un pour l’autre ? Qu’avait-il voulu insinuer par trahison ? Elle ne comprenait pas. Mais plutôt que de chercher des réponses, la belle voulait surtout retrouver son vampire et essayait de tempérer les choses. C’était le plus important pour elle !

Lorsqu’elle réussit enfin à le rattraper, il était dans une ruelle déserte au allure de vieille ville. Avec difficulté, la mortelle tentait de retrouver son souffle, passant une main sous sa frange se façon frénétique. Et alors qu’elle s’apprêtait à se rapprocher finalement de lui, Naoki donna un puissant coup de poing dans le mur d’une façade d’immeuble, faisant éclater ce dernier en plusieurs morceaux. Manquant de recevoir l'un d'entre eux sur le pied, elle recula vivement, horriblement surprise, et – bien qu’elle ne le montrait pas – légèrement craintive. Bon okay : il était encore plus en pétard qu'elle ne l'aurait cru ! Et le calmer n’allait pas se faire aisément… c’était certain.Cependant, il fallait qu'elle essaye. Coute que coute.
Croisant ses bras contre son buste avec anxiété, la métisse regarda les dégâts de sa fureur ; dépitée comme jamais. Son premier réflexe fut de murmurer, maladroitement :

« On est dans un lieu publique, tu ne peux pas … »


Elle ne se risqua pas à terminer sa phrase. Le regard furieusement noir qu'il lui adressa la convaincu de ne pas le faire sans trop de mal. Cela lui faisait mal au cœur de le voir ainsi, vraiment. A cet instant il ressemblait bien plus à une bête assoiffé de haine qu’un simple homme en colère. Se mordant la lèvre, Mio préféra donc se taire, un moment. Elle savait très bien que si le moindre mot dépassait ses lèvres, elle risquait vraiment de le regretter.  Tortillant ses doigts avec maladresse et angoisse, elle réfléchissait. Quelle attitude devait-elle adopter ? Elle l’avait déjà vu en colère, de nombreuses fois, mais à un point aussi élevé que maintenant. Et finalement, la grande têtue qu’elle était sembla tranche en elle. Ne pouvant garder le silence plus longtemps, elle se risqua à dire, d’une voix plus que douce :

« Écoutes, je sais que tu es furieux. Pour surement pleins de raisons. Et j’imagine que j’y suis pour quelque chose également et je suis sincèrement désolée....Sur le coup, mentir m’a parut être la seule solution. Tu ne disais rien, il était en train de se douter de quelque chose…et... ! Enfin, tu imagines ce qu’il aurait pu arriver ? Je n’ai fais que nous couvrir, nous protéger. Je te demande pardon. »

Baissant son regard un instant sur ses pieds, elle pouvait se souvenir de la conversation avec Alec dans les moindres détails. Rien ne lui avait échappé. Et même si elle se posait tant de questions face à cela, même si son intuition lui hurlait des tas d’hypothèses qui lui tordaient le ventre, Mio ne chercha pas à savoir. Ce n’était pas le moment et, contre toute attente, elle avait peur.  Peur de ce passé qui ne la concernait pas. Peur que cela lui fasse mal. Le même mal qu’il semblait ressentir actuellement. Voila pourquoi elle se contenta d’ajouter, dans un murmure maladroit :

« Je ne te poserai pas de questions si tu n’en as pas envie. On… on peut faire tout ce que tu veux, parler de ça ou non, ne pas parler du tout même. Mais s’il te plait, essaies de te calmer… »

Et c’est pleine de courage, de bonne volonté, mais peut être aussi d’imprudence qu’elle se risqua à lui tendre la main, afin qu’il la saisisse et qu’elle l’aide à le calmer, ne serait-ce qu’un peu. En aurait-elle le pouvoir?

«Mets ta main dans la mienne.
»
Souffla t-elle, le regard sincèrement désolé. «s’il te plait… »

________ಠ_ಠ_________

Et voilà qu´elle aime... et voilà qu´elle danse. Elle me dit "je t´aime"... elle sort de l´enfance... Et moi qui suis là qui regarde et qui voit, je donnerai tout de même ma vie pour cette enfant qui grandit - Roméo et Juliette©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

#Team Nakano
avatar
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My first date with you Sam 2 Avr - 15:03

C’était clair qu’il ne l’écoutait pas et marchait de plus en plus vite, jusqu’à trouver un coin où déverser sa colère. Ce que ça faisait du bien… de tout lâcher contre ce mur. Et même si la douleur et la colère étaient toujours présentes, Naoki se sentit un tout petit peu mieux. Cependant, Mio aurait mieux fait de le laisser tranquille pour qu’il se calme et revienne apaisé car dans cet état, il ne pouvait jurer de rien. Certes, il n’irait pas jusqu’à tuer quelqu’un, ce passé-là était bien loin, mais il pouvait tout de même faire du mal. Et faire du mal à l’humaine, c’était tout ce qu’il ne souhaitait pas faire, justement.
Il tourna un regard noir vers elle quand elle tenta de le sermonner, lui clouant aussitôt le bec. Cela le mettait d’autant plus en colère qu’elle lui prouvait une fois de plus qu’elle jouait avec le feu en se mettant face à quelqu’un qui pouvait la briser d’un simple pouce. Elle ne prenait nullement conscience des risques autour d’elle et de sa propre mortalité. Qu’elle ne le suive pas lui aurait fait mal au cœur une fois calmé, mais l’aurait aussi rassuré. Il se tourna dos à elle pour ne pas croiser son regard mais surtout qu’elle, ne voit pas le sien, si sombre et dangereux, qui le faisait ressembler à un tueur en série. Naoki ferma les paupières pour retrouver un semblant de l’humain qu’il était autrefois et que, parfois, il pensait toujours là. Pourquoi avait-il donc fallu qu’il tombe sur Alec ce jour-là, précisément ? Pourquoi avait-il fallu, tout aussi bien, qu’il transgresse les règles ? Il savait ce qui pouvait l’attendre mais espérait simplement que son ancien ami ne le dénonce pas. Néanmoins, cette « petite visite à Ôsaka » ne laissait rien envisager de bon pour lui, pour eux… pour Mio. Et ça aussi, elle ne s’en rendait pas compte, pauvre innocente humaine qu’elle était, bien loin des lois.

« Tu nous as mis encore plus dans le pétrin qu’avant. Tu ne sais même pas de quoi tu parles en fait. Tu traînes avec un membre d’une espèce dont tu ne connais rien. Tu aurais mieux fait de te taire. »

C’était sorti aussi froidement qu’il avait parlé à Alec un peu plus tôt, mais il n’y pouvait rien. Être un vampire ne l’excluait pas de tout sentiment, et surtout pas de la colère. Il l’avait si longtemps enfouie en lui qu’il était normal qu’aujourd’hui, elle ressurgisse. Alors qu’il se calme ? Non, pas maintenant. Mio avait raison sur une chose néanmoins : il refusait d’en parler. Pas parce qu’il désirait lui cacher ces choses de son passé – bon, un peu quand même – mais surtout parce qu’il avait peur que se remémorer tout cela ne le conduise à un état encore pire que l’actuel. Et qui sait ce qu’il pouvait lui faire ou pire encore, lui dire dans ce moment-là ? Déjà qu’il n’était pas très tendre… Elle ne ferait qu’en souffrir. Le vampire retrouva cette sinueuse pensée qu’il ne pouvait que faire du mal à l’humaine, et rien de plus.

Naoki se retourna et regarda sa main tendue vers lui. C’était comme une perche pour le sortir de cette eau trouble, mais c’était tout aussi bien un piège à ses yeux. Il ne savait que faire : la prendre ou non ? Son âme était toujours emprunte de colère et de tristesse, il ne se voyait pas être proche d’elle dans un moment pareil. Mais le comprendrait-elle ? En refusant sa main, il lui ferait d’autant de mal et de peine, il en avait conscience. C’était l’heure de faire un choix : mettre sa main dans la sienne et tout oublier de ce qui venait de se passer – ou l’ignorer et continuer de ruminer sa propre peine indéfiniment.
Le vampire se dit alors qu’il aurait bien assez de temps à l’hôtel pour se morfondre, et que cette journée n’était pas consacrée à sa douleur et son passé, mais plutôt au bonheur de Mio. Qu’il ait croisé un ancien frère ne devait en rien changer cela. Alors, lentement, il posa sa main dans celle de la jeune humaine, sans pour autant faire transparaître le moindre apaisement sur son visage. Il lui faudrait du temps pour penser à autre chose et, dans un sens, il comptait un peu sur elle pour ça. Bizarrement, il se sentait un peu fatigué, sûrement dû à toutes ces émotions, mais au lieu d’en parler il se contenta de serrer modérément sa main et de se mettre en marche, silencieusement.

Que dire, de toute façon ?

« J’aimerai que tu oublies ce qui vient de se passer, depuis qu’on a vu Alec jusqu’à maintenant. On n’en parlera pas. Est-ce que tu as envie de dîner quelque part ce soir ? Je connais de bons restaurants. »

D’ici là, il se serait probablement calmé, du moins il pourrait feindre le contraire.

________ಠ_ಠ_________

Elle est tout, je ne suis rien. Elle comprend plus que je ne saurai jamais, elle est sûre quand je ne sais pas. De nous deux, elle est la plus sereine mais c'est pourtant moi qu'elle aime.
Quand cesseront les doutes, les peurs et les malaises ?
Revenir en haut Aller en bas

La mortalité, y'a que ça de vrai
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My first date with you Jeu 7 Avr - 21:42

Oui, elle aurait peut être mieux fait de se taire. Peut être. Mais qu’auraient-ils fait dans ce cas ? Ils n’auraient jamais pu partir sans donner d’explications, sans que cela paraisse étrange pour le vampire occidental. Et Naoki, qu’aurait-il trouvé de mieux à dire dans l’autre cas ? Certes, elle avait été stupide de parler sans qu’on l’invite, stupide d’avoir encore menti… mais elle avait eu le courage de le faire pour les protéger, pour eux. Sans même qu’il ne lui en explique d’avantage, Mio comprenait sans mal que tôt ou tard, il y aurait des répercutions. Mais au moins, ils avaient une marge pour réfléchir et trouver une solution calmement, sans avoir la peur au ventre. Pouvait-il comprendre cela ? Quand allait-il arrêté de la regarder comme ça, comme si elle était la chose la plus pathétique que l’existence lui ait donné de voir ? Cela lui faisait du mal, et c’est à bout de force que la jolie métisse s’empressa de baisser son regard, fuyante, désolée. Elle ne savait pas quoi faire pour l’aider, pour qu’il ne pense plus à tout ça alors que même elle y pensait. Beaucoup trop. Elle n’avait pas voulu les mettre dans ce pétrin justement, elle voulait simplement… profiter de ce premier weekend qu’ils pouvaient enfin vivre ensemble. Et même si Naoki finit par lui prendre la main, cela ne l’aida pas à se sentir mieux également. Ce geste paraissait tellement mesuré, tellement froid malgré tout…

C’est dans cette ambiance lourde et triste qu’ils reprirent leur marche, désabusés tous les deux, vidés de cette rencontre dont ils  se seraient passer sans le moindre mal. Marchant main dans la main, de façon chancelante, les deux amants ne se regardaient plus. Il n’y avait plus de sourire, plus de regard tendre, plus d’envie de faire quoi que ce soit. Mio s’en voulait de ressentir cela. A peine cinq minutes avant, elle avait réussi à le convaincre de faire abstraction de ce conflit pour profiter à fond de leur premier rendez-vous… et voilà que maintenant, elle se montrait tout aussi mal que lui, comme la pauvre idiote qu’elle était. Regardant leurs pieds en train d’avancer, elle se mordit la lèvre de frustration, n’arrivant pas à accepter la tournure qu’avaient pris les choses. Non, elle n’allait pas poser de questions, elle allait essayer d’oublier. Pour l’instant en tout cas. D'ailleurs, elle aurait préféré ne rien entendre de leur conversation, ne pas être là. En fait, elle n'aurait jamais voulu rencontrer cet Alec de malheur. Naoki n’aurait pas été si énervé et ils auraient pu profiter de leur séjour comme ils l’avaient si bien fait avant. Pourtant, on ne pouvait pas dire que le vampire manquait d’effort à cet instant, et cela ne fit que mettre intérieurement la belle humaine dans un mal être insurmontable. Pourquoi lui proposer des choses aussi bien ? Elle ne le méritait pas, il était en colère contre elle, c’était absurde ! Paradoxalement, elle s’en voulait tellement de penser ça… tellement…

« C’est gentil… mais je n’ai pas très faim pour le moment. »

Le remercia t-elle en secouant légèrement la tête, n’osant plus la relever pour capter son si beau regard sombre. Elle n’avait qu’une seule envie : rentrer. Rentrer à l’hôtel, ne plus en sortir, rester dans sa chambre pour les jours à venir. Elle mériterait tellement cette punition sur le coup ! Et tandis qu’elle se maudissait de tout les mots qui lui venaient à l'esprit, sa main serra un peu plus fort celle de Naoki, lui faisant alors sentir la détresse qu’elle ressentait en ce moment précis, sans le vouloir. Ses yeux noisette s’embrumèrent doucement, et c’est sans espoir que de long sanglots de mirent à rouler le long de ses joues, en silence. Elle était tellement en colère… tellement triste… tellement perdue…

Ne faisant pas attention aux passants qui la dévisageaient sans mal, elle se contenta porter sa main libre à son visage afin de le cacher légèrement, essuyant les larmes rapidement, la tête toujours baissée. Et merde...
Pourquoi les choses ne pouvaient-elles pas se passer comme ils le voudraient, hein ? Encore une fois, il y avait eu un problème. Était-ce de sa faute ? Est-ce qu’elle n’était qu’une source d’ennuis pour lui ? Dans ces cas là, pourquoi restait-il avec elle au final ? Se forçait-il ? Plus Mio se posait ces questions et plus ses sanglots s’accentuaient, si bien elle ne put les garder sous silence plus longtemps. En le sentant remarquer cela, elle finit par lâcher fébrilement sa main puis s'arrêta, dos à lui ;  gênée, honteuse.  Par chance, ils étaient arrivés sur une petite place presque déserte, à l’abri de la foule. Riant nerveusement, la douce mortelle se contenta de dire, d’une voix bien trop tremblante :

« Désolée, je ne sais pas ce qui me prend. Ça va passer… ça va passer ! »

Mais au final, qu’est ce que ça allait vraiment passer ? Est-ce que ça irait... ? Sans se retourner, elle continua, perturbée comme jamais :

« Pourquoi restes-tu avec moi ? Je te mets constamment en colère et visiblement, je risque de t’attirer des ennuis. Vraiment, je ne vois pas ce que tu me trouve... »


Elle n’avait pas pu s’empêcher de poser cette question, les larmes redoublant alors sur son visage d’ange. Son corps tremblait et elle essayait de paraître digne malgré tout, de réussir à lui faire face. Seulement, c’était dur. Beaucoup trop dur. Pour la première fois depuis son existence, Mio n’arrivait plus à se faire confiance. Presque énervée de ressentir cela, elle serra les dents avant de siffler, à travers ses pleurs :

« Je ne comprend vraiment rien !! »



________ಠ_ಠ_________

Et voilà qu´elle aime... et voilà qu´elle danse. Elle me dit "je t´aime"... elle sort de l´enfance... Et moi qui suis là qui regarde et qui voit, je donnerai tout de même ma vie pour cette enfant qui grandit - Roméo et Juliette©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

#Team Nakano
avatar
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My first date with you Mer 27 Avr - 18:36

En refusant son invitation, elle avait comme scellé quelque chose qu’il ne saurait expliquer. Naoki n’aimait pas qu’on lui refuse quoique ce soit, sans pour autant être capricieux. Cela l’embêtait, c’est tout. Mais surtout, elle lui faisait bien comprendre que c’était à cause des événements très récents qu’elle agissait de cette manière et ça aussi, ça ne lui plaisait pas. Décidément, ça tournait en eau de boudin et il ne voyait pas quoi faire pour arranger les choses. En avait-il vraiment envie, pour laisser la situation se dégrader à ce point ? Il ne se sentait pas prêt à déballer sa vie et encore moins ses problèmes à une humaine qu’il s’était toujours – en tout cas souvent – refusé d’approcher de trop près depuis quelques temps. Et il y avait eu ce moment où ils avaient cédé l’un à l’autre et qui ne faisait que lui rappeler cette part de faiblesse humaine qui résidait en lui.
Non, il n’allait pas plus s’humaniser, même si le fait d’être un monstre ne lui convenait pas non plus. À vrai dire, il était tiraillé entre deux choix et ne savait quelle décision prendre. À la limite, il pourrait tourner les talons et disparaître à tout jamais des yeux de Mio… mais ce serait mentir que de dire que cela ne le ferait pas souffrir. Ils avaient passé trop de temps ensemble, échangé trop de sentiments pour qu’il fasse cela sans rien ressentir. Il n’était pas totalement un monstre, peut-être…

Elle se mit à pleurer, comble de l’horreur pour lui. Il détestait trop attirer l’attention et elle, elle venait de mettre un grand panneau « regardez-nous, on fait une scène » face à toute la population tokyoïte. La galère. Mal à l’aise, Naoki regarda autour de lui avec la sensation, non pas de s’être fait piéger, mais de ne rien contrôler à la situation. Devant lui, il y avait une femme qui souffrait de ses actes et même lui ne pouvait pas se le pardonner. Est-ce que cela voulait dire que, pour autant, il devait lui raconter ses plus sombres secrets ? Non, elle n’irait pas faire du chantage affectif avec lui… Ils se déplacèrent petit à petit vers une place plus déserte, où personne ne pouvait les voir échanger tous ces relans d’émotions. Le vampire attendit que l’humaine prenne la parole et lui explique la raison de ses pleurs, avant de mal interpréter la situation.

En l’entendant, il ne fut pas dupe : ça ne passerait pas et elle le savait tout autant que lui. Ils étaient dans un état tel que ça ne pouvait pas s’oublier d’un coup de baguette magique, ou d’un revers de main sur des yeux humides. Même lui qui, d’aspect extérieur semblait impassible, savait qu’il n’oublierait pas cette douleur qu’elle pouvait ressentir. Comment lui expliquer qu’il ressentait ce qu’elle avait au plus profond d’elle-même ?
Après un soupire, Naoki regarda autour de lui, puis s’approcha de la jeune femme qu’il vint enlacer de ses bras froids. Il déposa son menton sur son épaule et ferma les yeux, écoutant ce son propre aux êtres humains : le battement d’un cœur. Il respira profondément plusieurs fois avant de la retourner vers lui et prit son visage en coupe.

« Je ne sais pas » dit-il simplement comme réponse. Ce n’était probablement pas suffisant, alors il poursuivit : « Je me fais honnête en cet instant et je serai incapable de décrire les raisons pour lesquelles je te garde, ni celles qui font que toi, tu me gardes. Je suis dangereux, autant par ma nature que par mes relations. J’ai un passé que je ne veux pas dévoiler à une personne qui a la chance de garder encore un peu d’innocence en elle. Je sais que tu penses ne plus en avoir depuis l’épisode de tes grands-parents, mais crois-moi que ce n’est pas le cas. Il y a des tas de choses sur moi que, si tu apprenais… Je ne veux pas que ta façon de voir le monde change. Évidemment, tu es émerveillée par tout alors que moi, je ne vois plus rien… Et je veux que tu gardes ça parce que, ça aussi crois-le ou non, tous les immortels te l’envient. »

Il replaça l’une de ses mèches de cheveux derrière son oreille et vint l’enlacer de nouveau, face à face, se sentant vivre rien que par le contact de son souffle sur sa peau morte et glaciale.

« Quoi qu’il fasse, un vampire s’attire toujours des ennuis de toute façon. Et j’ai envie de te dire que la colère, c’est peut-être une des seules choses qui me permet de croire qu’une part de moi vit encore. Alors que tu me mettes en colère ou dans une rage noire ne me dérange pas… Pas si c’est toi. »

Il ne pouvait pas faire mieux ou plus sincère.

________ಠ_ಠ_________

Elle est tout, je ne suis rien. Elle comprend plus que je ne saurai jamais, elle est sûre quand je ne sais pas. De nous deux, elle est la plus sereine mais c'est pourtant moi qu'elle aime.
Quand cesseront les doutes, les peurs et les malaises ?
Revenir en haut Aller en bas

La mortalité, y'a que ça de vrai
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My first date with you Lun 16 Mai - 2:24

Perdue. Elle était complètement perdue et déboussolée. Entre les bêtises qu’il lui reprochait et tous les secrets étranges qu’il souhaitait garder pour lui, Mio ne savait pas comment réagir. Elle était forte, mais peut être pas suffisamment sur le coup pour encaisser ce trop plein d’émotion. Et sur l’instant, elle se demanda vraiment pourquoi il la gardait auprès de lui. Après tout, ne lui attirait-elle pas des problèmes ? Si ce n’était pas encore le cas, cela ne saurait tarder et la jolie métisse ne pouvait se résoudre à accepter cela. Naoki méritait avant tout d’être heureux et pour rien au monde elle ne voulait le mettre en danger. Voila pourquoi elle pleurait principalement, voilà pourquoi elle avait tant de peine. Elle constatait tristement que, malgré tous ses bons sentiments, rien ne se passait comme ils le voulaient tous les deux. Quand ce n’était pas lui ou elle, un autre venait pour mettre dans bâtons dans les roues. C’était tellement agaçant ! Elle aurait tellement voulu que tout soit parfait… malheureusement, cela ne serait jamais vraiment le cas, n’est ce pas ?

Son cœur s’affola dangereusement en sentant le corps de vampire contre son dos ainsi que ses bras soudainement autour de sa si fine taille. Eh ? Mais que faisait-il ? N’était-il pas fâché contre elle ? Si elle ne comprenait rien, Mio ne put que désespérément apprécier ce contact si tendre qu’il lui offrit malgré tout, malgré ses bêtises et les ennuis qu’elle lui apportait. Elle ne méritait pas cette douceur soudaine, et avait l’impression d’être une enfant bien trop gâtée sur le coup. La même enfant à qui il ne pouvait rien refuser dans le passé. Oui… sauf que tant de choses avaient changé depuis…
Le laissant la retourner, son visage se retrouva prisonnier de ses mains fraiches puis c’est avec gêne et attention qu’elle l’écouta parler, le laissant la dominer complètement. Et ce qu’il lui dit la perturba grandement. Elle comprenait… Elle comprenait qu’il ne veuille pas lui en parler pour le moment. Elle comprenait le fait qu’il veuille la tenir loin de tout ça, qu’il cherche à la préserver. D’une certaine façon, il la protégeait. Et s’il la protégeait, cela voulait dire qu’elle comptait pour lui.

« Alors que tu me mettes en colère ou dans une rage noire ne me dérange pas… Pas si c’est toi. » Cette dernière phrase résonna comme une sorte d’écho pour elle. Pas si c’était elle… Mio comprenait l’importance de ces mots. D’une façon ou d’une autre, il lui faisait comprendre l’importance qu’elle avait pour elle. Ce n’était pas une simple histoire d’attirance ou de physique… non, ça allait bien au-delà de ça. Et si en cet instant, elle était encore pleine de questions face à tout ce qui venait de se passer- le passé si secret du vampire en autre – la belle savait à présent pourquoi son cœur battait si fort en cet instant : ce n’était plus la peur, mais bien le fait d’être tout contre lui, à lui, dans ses bras froids. N’était-ce pas suffisant pour le moment ? Après toute cette mésaventure, elle pouvait largement s’en contenter.

Voilà pourquoi elle décida de lâcher prise pour de bon, soupirant doucement, son souffle chaud caressant lentement la nuque de son vampire. Ses mains allèrent saisir les coudes de ce dernier, répondant subtilement à son étreinte, forçant sur eux comme pour se donner du courage. Comme pour LEUR donner du courage…

Le regard en coin vérifiant que la rue était toujours déserte, elle s’autorisa à faire quelque chose dont elle mourrait envie depuis bien trop longtemps à présent. Sans même lui laisser le choix, elle releva son visage d’ange vers lui et scella ses lèvres aux siennes, closant ses belles paupières en même temps. Ce même temps qui sembla s’arrêter aussitôt, tandis qu’elle savourait ce contact si particulier et si intime. Elle aimait l’embrasser comme ça, simplement, avec une douceur capable de faire fondre le plus terrifiant des icebergs. Pressant tendrement ses lèvres aux siennes, elle attendit qu’il l’accepte et finisse par y répondre à son tour et lorsque ce fut le cas, finit par approfondir ce baiser, le rendant plus passionné et savoureux. Ses mains remontèrent vers le haut de ses bras, les caressant légèrement, avant que les siens terminent autour de son cou et que ses doigts se perdent dans sa chevelure noire. Fronçant les sourcils de frustration mais aussi de reconnaissance, elle l’embrassa comme jamais elle ne l’avait fait jusqu’à présent. Il pouvait sentir à travers cette étreinte toute la passion et l’amour qu’elle lui portait ; toute l’attirance et l’envie qu’elle pouvait avoir pour lui ; un feu d’artifice rempli de sentiments et de tentation. C’était fort, affreusement et divinement fort. Si fort, que ce fut presque une tragédie pour eux de devoir arrêter en si bon chemin. Soupirant faiblement contre la bouche de Naoki, Mio baissa son regard, joliment gênée.

« Merci »
susurra t-elle simplement, d’une voix à peine audible « c’est vraiment agréable à attendre. »

Elle sembla réfléchir un instant puis ajouta :

« Quoi que tu ais pu faire, ça ne change rien. C’est ton passé, ta vie d’avant et je n’ai pas à juger de tout cela. Je suis là depuis peu de temps, ne ? Alors… je ne te poserai pas de question si tu ne le souhaites pas... pas avant que tu te décide à m’en parler. »

C’était bien la première fois qu’elle acceptait de coopérer sans que ce soit avantageux pour elle !

« Mais maintenant, il faut regarder vers le futur. Et même si c’est compliqué, je sais que je peux avoir ma place dedans. Est-ce que j’ai le droit de penser cela, Naoki… ? »


Agrippant légèrement le bas de sa chevelure, elle ne put résister à l’envie de coller son bassin contre le sien, et de laisser sa bouche se perdre dans sa nuque froide ; frôlant sa peau subtilement avant de remonter jusqu’à son oreille pour murmurer :

« Je veux rester avec toi pour toujours. Je te désire tellement...  »


Tellement...


________ಠ_ಠ_________

Et voilà qu´elle aime... et voilà qu´elle danse. Elle me dit "je t´aime"... elle sort de l´enfance... Et moi qui suis là qui regarde et qui voit, je donnerai tout de même ma vie pour cette enfant qui grandit - Roméo et Juliette©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

#Team Nakano
avatar
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My first date with you Sam 11 Juin - 13:52

Oui, il ne pouvait pas être plus sincère qu’en cet instant, alors qu’il se tenait devant elle, un peu gauche, à s’essayer à une démonstration de sentiments qu’il ne contrôlait pas. Naoki puisait sa force dans les prunelles noisette de l’humaine, y trouvant un certain réconfort et une maîtrise de lui-même. Il se disait qu’il était, des deux, le plus fort et que si Mio pouvait parler avec autant de sincérité, il devrait lui aussi en être capable. Pas plus bête qu’un autre, il avait simplement oublié comment faire pour dire honnêtement sa pensée. Maintenant, il n’y avait plus qu’à attendre sa réaction mais le vampire avait déjà son idée sur le sujet. Il commençait à bien connaître la jeune femme et s’attendait à ce qu’elle soit compréhensive et qu’elle apprécie son effort.

Malgré toutes les distances qu’il avait tenté de mettre entre eux, toutes ces recommandations pour être les plus discrets possibles, Mio vint l’embrasser et contre toute attente, le vampire ne l’en empêcha pas. Il avait vu son geste arriver, aurait largement pu le stopper mais il n’en fit rien. Ce fut même, au contraire, avec un immense bonheur qu’il pressa ses lèvres contre les siennes dans une étreinte qui lui manquait bien trop pour que ce soit normal. Il ne se sépara d’elle qu’à contrecœur et parce que cela était nécessaire. Même s’il y avait peu de monde, il n’empêchait qu’un autre vampire ou bestiole soit là, cachée quelque part, à les voir faire pour ensuite les utiliser comme bon lui semblerait. S’il usait parfois de chantage, Naoki n’aimait pas en être une victime…

« C’est sincère » répondit-il à son remerciement.

Il la laissa ensuite s’exprimer sur le sujet, s’attendant à tout de sa part. Elle pouvait être tellement surprenante !

« Je te remercie pour ta compréhension, Mio. Cela me touche beaucoup et force le respect. Tu es bien plus mature que tu ne l’imagines ! »

Il espérait simplement qu’elle s’en tienne à cette parole puisque, en effet, une telle décision pouvait être brisée. Le vampire ne savait pas si, le cas échéant, il lui en voudrait de poser trop de questions alors qu’elle avait dit qu’elle ne le ferait pas. Il en fallait plus que ça pour qu’il ait de la haine envers autrui ! Mais probablement serait-il un peu… blessé, oui.
Naoki prit le temps de réfléchir aux propos de la belle, pesant le pour et le contre, tentant de donner la réponse la plus adéquate à sa façon de penser et ressentir les choses actuelle. Il ne pouvait guère lui mentir à ce sujet, ce serait s’embourber ! Alors il la décala pour la regarder droit dans les yeux, mains sur ses épaules, bras tendus. Il avait un air réellement sérieux, qui annonçait une phrase lourde de sens pour lui… au moins.

« Tu le peux. Tu as ta place, même si j’ai passé une bonne partie de ma vie à vouloir prouver le contraire ! Il est clair que je te veux dans ma vie. Je ne veux simplement pas aller trop vite en besogne. »

Il sourit à ses propos. Aller trop vite, désirer… c’était justement de ça dont il voulait se méfier. Il avait une calice et avoir un tel contact charnel avec une autre humaine non mordue, c’était presque du suicide. Il ne pouvait pas se le permettre… Mais le cœur a ses raisons que la raison ignore, dit-on.
Il lui prit alors la main pour qu’ils se mettent marcher tranquillement dans les rues, tout comme il était prévu de le faire à la base. Cette simplicité dans le geste lui paraissait extraordinaire… et totalement inouïe. Pendant longtemps, il n’avait pas compris les personnes qui passaient leur temps à faire ça en marchant, il trouvait ça stupide. De rester ainsi accroché à quelqu’un, comme dépendant. À se demander si, une fois la main lâchée, on pourra marcher de nouveau seul… Il allait devoir se faire à toutes ces choses qu’il ne comprenait pas, à cette époque si… tactile ! Tout ceci ne lui ressemblait pas.

« Souhaites-tu que l’on rentre maintenant ? »

Finit-il par lui demander, au détour d’une rue. Avec tous les événements qui s’étaient produit, il pourrait comprendre qu’elle ait l’envie de retourner au manoir et de ne plus en sortir pour la soirée. Lui-même pouvait en ressentir un peu le besoin de retrouver son cocon calme et apaisant !

________ಠ_ಠ_________

Elle est tout, je ne suis rien. Elle comprend plus que je ne saurai jamais, elle est sûre quand je ne sais pas. De nous deux, elle est la plus sereine mais c'est pourtant moi qu'elle aime.
Quand cesseront les doutes, les peurs et les malaises ?
Revenir en haut Aller en bas

La mortalité, y'a que ça de vrai
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: My first date with you Mer 13 Juil - 3:21

C’est vrai. Il avait passé une bonne partie de sa vie à se persuader du contraire, à s’obliger à penser que la petite fille qu’il avait tant apprécié ne pouvait avoir de place à ses cotés. Mais à son plus grand damne, l’enfant qu’elle avait été avait grandi et était finalement revenue. Elle lui avait montré ce qu’elle était devenue, et il n’avait pu se résoudre à la chasser alors qu’elle était en train de tomber en amour pour lui. En l’entendant lui affirmer qu’elle avait le droit de rester toujours près de lui, Mio sourit tendrement, closant ses longs cils pour enregistrer ces mots qui avaient tant d’importance pour elle. Il ne s’en rendait peut-être pas compte, mais cela comptait énormément pour elle. Cela voulait dire beaucoup pour cette petite humaine si têtue et sentimentale à la fois. Cette pauvre mortelle qui était tombée amoureuse du vampire qui l’avait vu grandir.

C’est ainsi que leur querelle s’arrêta pour de bon, à leur plus grand soulagement. Les deux têtes de mules qu’ils étaient avaient réussi à arranger les choses, rapidement et en douceur. Comme quoi, ils n’étaient peut-être pas si mauvais que ça ensemble ; n’est-ce pas ? Leur couple pouvait aller encore plus loin qu’ils ne le pensaient. Profitant de cet instant d’apaisement bien mérité, elle se laissa guider par lui dans les rues de la ville, sa main scellée à la sienne. Le soir commençait à arriver, si bien que le ciel se montrait sous de jolies couleurs lavande et rose. Par moment, elle se disait que c’était quand même fou qu’ils aient pu en arriver là, à marcher main dans la main, après toutes les difficultés qu’ils avaient pu vivre par de le passé. Ce simple fait gonflait son cœur de courage, et l’eurasienne se jura de tout faire pour protéger ce qu’ils étaient en train de devenir. C’était l’une des choses les plus précieuses qu’elle possédait, et personne n’avait le droit de détruire ça. Elle ne le permettrait pas.

Lorsque plus tard, il lui demanda si elle voulait rentrer, Mio se rendit compte de nombres d’heures qu’ils avaient passé à arpenter la ville. Entre ça et la rencontre avec ce Hayden riche en émotion, il fallait bien avouer qu’elle était assez fatiguée. Ses pieds criaient de douleur et avaient également besoin de repos. Voilà pourquoi elle répondit, après quelques secondes de réflexions :

« Je veux bien oui. On pourra toujours sortir demain soir, ne ? »


Et puis, si elle avait faim plus tard, elle pourrait toujours se servir de la cuisine du manoir pour se préparer un petit quelque chose. A vrai dire, elle n’avait pas vraiment envie que le personnel de la demeure le fasse à sa place. C’était déjà bien gênant de séjourner dans un si bel endroit… la métisse avait l’impression d’être bien trop gâtée sur le coup. C’est en tout cas ce qu’elle pensait, tandis qu’ils se mettaient en route pour l’endroit en question. Et lorsqu'ils finirent par arranger dans leur 'chez eux', un profond sentiment de bien être envahie alors la jeune femme.

« Ah~, ça fait du bien ! »

S’écria t-elle en s’allongeant sans douceur sur le lit de leur chambre, s’étirant de tout son être. Sa sacoche encore autour de sa taille, elle glissa sa main à l’intérieur pour en sortir le cliché qu’ils avaient pris quelques heures plus tôt dans ce photomaton ancien. Cette photo... plus elle l’observait et plus elle l’adorait. Souriant de toutes ces dents, Mio s’empressa d’aller poser le cliché sur la cheminé qui se trouvait face au lit, heureuse d’avoir un souvenir de leur premier rendez-vous. Bras croisés, elle resta un moment comme ça, à simplement observer le couple qu’ils formaient. Et tandis que Naoki était occupé de son coté avec ses affaires, elle finit par faire volte face vers lui et à rétorquer, avec un air à la fois fier et craquant :

« J’ai le droit de penser que l'on forme un joli couple ? »


Ils étaient mignons comme ça... vraiment mignons oui. Elle n’était pas du genre à se jeter des fleurs habituellement, mais là, autant dire qu’ils allaient merveilleusement bien ensemble. Souriant en dévisageant discrètement le profil du vampire qui s’était approché, elle analysa son visage tandis qu’il regardait la photo à son tour. Elle aimait l’expression qu’il avait. Cette expression un peu timide qui n’osait pas s’avouer qu’effectivement, ils étaient bien assortis. Et tandis qu’il restait près d’elle, Mio alla doucement entourer Naoki de ses bras, étreignant sa taille par derrière, regardant avec lui la photo… puis leur reflet dans le miroir au dessus de la cheminé. Lorsque son regard finit par croiser la sien à travers ce dernier et qu’il constata ce que leur couple reflétait à cet instant même, la musicienne se contenta de lui sourire, tendrement. Puis, elle finit par dire, tandis qu’ils se regardaient toujours :

« J’aime ce que tu es, Nao'. »

Elle était sincère,  simplement sincère. Et même si la phrase en elle-même avait été prononcé simplement, elle signifiait beaucoup pour eux. Continuant à sourire de plus belle après avoir avoué cela, Mio alla cacher son visage contre le bras du vampire, et y déposa un petit baiser. Puis, elle finit par se détacher de lui, reprenant son petit train de vie.

« Cela ne te dérange pas si je prends une douche ? »
demanda t-elle alors, tandis qu’elle détachait lentement ses cheveux.


________ಠ_ಠ_________

Et voilà qu´elle aime... et voilà qu´elle danse. Elle me dit "je t´aime"... elle sort de l´enfance... Et moi qui suis là qui regarde et qui voit, je donnerai tout de même ma vie pour cette enfant qui grandit - Roméo et Juliette©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
En savoir +



MessageSujet: Re: My first date with you

Revenir en haut Aller en bas

My first date with you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Enfin une date pour les élections en Haiti
» date limite des transactions ?
» Date du repêchage
» What 's the date today ?
» Date limite - Plafond salariale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
N I G H T • W O R L D :: Kansai et le monde :: Le Japon... :: Kantô-