Partagez|

Dance in the darkness | Ft. Nakano Hideaki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La mortalité, y'a que ça de vrai
avatar
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Dance in the darkness | Ft. Nakano Hideaki Mar 5 Jan - 22:26


Dance in the darknessNakano Hideaki & Egawa Kôjirô

A la douce lumière tamisée d’une bougie, Kôjirô regardait sans pouvoir y croire la photo de ses parents posée sur son bureau. L’herboriste croyait pouvoir effacer le passé, ne jamais revenir en arrière et ne plus jamais entendre parler de ce mystère qui entourait son enfance et qui encore aujourd’hui lui laisse un goût amer sur la langue. Une telle impression de vide qui planait autour de lui mais en même temps celle qui titillait aussi sa curiosité. Un danger imminent mais incontournable pour arrêter cette machine infernale. S’il n’éclaircirait pas le mystère par lui-même il ne pourra jamais se détacher de ces ennuis causé par ses ascendants. Pour lui tout ça n’était qu’un cauchemar ridicule, des vampires ? Absurdité créé par les gens pour s’inventer une vie, la rendre plus palpitante qu’elle ne l’est. Kôjirô se réjouissait de son quotidien, ou plutôt il s’en contentait préférant ne pas en sortir. Mais on peut dire que cette rencontre était celle qui allait casser sa routine à jamais s’il ne réagissait pas tout de suite … Même si les rumeurs sur ces créatures de la nuit lui paraissaient insensées, le jeune homme préféra prendre ses précautions.

Son regard azur se tourna ensuite en direction d’un revolver de petite taille poser sur son bureau. Un 22LR plus précisément, le plus petit modèle qui soit. Où est-ce qu’il s’est procuré une telle arme ? Lorsqu’on n’a pas le choix pour survivre il faut savoir être équipé pour ne pas y laisser la vie. Sa main attrapa l’objet mortel entre ses doigts et l’arma de balles en argent déclenchant un cliquetis sec qui résonna en écho dans la pièce. Les vampires, il n’y connaissait rien, pour ne pas dire qu’il trouvait tout cela complètement stupide. Mais il avait lus quelque part qu’ils craignaient l’argent, simple précaution. Il savait qu’il aurait tout simplement un gars normal en face de lui, un mafieux sans doute, car si c’est lui qui a donné la fortune que ses parents possèdent, il doit être dans de noires affaires. Pour plus de sûreté il valait mieux partir armé. Il rangea le revolver dans l’une des poches intérieur de sa veste et se pencha pour souffler la bougie d’un coup sec plongeant ainsi la pièce entièrement dans le noir.

Les mains dans les poches ses pas le guidèrent vers le lieu de rendez-vous que lui avait fournis l’autre homme. Ce Naoki, un vampire selon ses dires, mais ce n’était tout bonnement qu’un dégénéré mental lui aussi comme tous les autres d’ailleurs. Ceux qui se voit affublés de canines plus grande que la moyenne ou qui affirme avoir déjà but du sang. Baliverne, un gros traquenard pour les plus naïfs. Mais Kôjirô n’était pas de cela. Il était loin d’être stupide et si ce Naoki avait pensé le duper il c’était trompé. Il lui avait donné de précieuses informations sur leur chef, il ne manquait plus qu’à Kôjirô à faire sa rencontre pour tirer cette affaire au clair pour effacer à jamais le passé de son chemin. Quoi qu’il fasse pour le moment il ne pouvait pas ignorer et fuir comme il l’a toujours fait. Il devait faire face afin de se laver des fautes de ses ancêtres. La ruelle mena bientôt à un restaurant où pas mal de personnes se pressaient actuellement. Au moins ce n’était pas un endroit isolé, il n’aura rien à craindre et ce même si la conversation tourne mal.

Comme il s’y attendait, Kôjirô se retrouva au beau milieu d’un cinq étoiles si ce n’est pas plus vu l’aspect des lieux … Quoi de mieux comme endroit pour un mafieux que le luxe et l’or. Il croirait se retrouver 15 ans en arrière quand il était encore avec ses parents, habitué des richesses comme celle-ci. Le blond n’avait pas de soucis à se faire quant à sa tenue vestimentaire, il était toujours habillé de manière élégante et classe, un look qu’il aime particulièrement en termes de mode. Ses yeux coururent le long de la salle et passa de visage en visage avant de tomber sur celui d’un homme dont la peau pâle voir même maladive et des yeux presque scintillant le fixait sans relâche. Il était seul, il devait être l’homme qu’il cherche il n’y avait aucun doute là-dessus. Naoki l’avait décrit comme un homme très élégant et très maniéré, imposant avait-il dis aussi. Cela s’appliquait parfaitement à la description que lui avait faite l’autre garçon. D’une démarche assurée, toujours avec ce visage plein de fierté et dont aucune émotion ne semblait transparaître, Kôjirô alla s’asseoir sur la chaise libre en face de l’homme gardant la tête haute tout en collant son dos contre le dossier de la chaise. Un long silence s’installa dans lequel seule la musique de piano comblait le vide autour d’eux. Durant ce long silence Kôjirô en profita pour détailler son protagoniste sans laisser paraître le moindre ressentis sur son visage qui resta vierge de toute émotion. Après ce silence qui parût interminable, l’herboriste ouvrit en premier la bouche.

« Hideaki Nakano ? » Demanda simplement Kôjirô de sa voix calme et grave avant de se taire à nouveau attendant la moindre réaction de son interlocuteur.

© Lady

________ಠ_ಠ_________


Revenir en haut Aller en bas

#Team Nakano
avatar
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dance in the darkness | Ft. Nakano Hideaki Mar 5 Jan - 22:56

Rien ne contrariait plus Hideaki que de changer ses plans à la dernière minute, et dieu sait que cela arrivait peu souvent. Maniaque de l’organisation de son temps personnel et professionnel, il ne laissait rien au hasard et détestait les imprévus. Par chance, il était déjà nourri depuis quelques heures et pouvait aisément décaler sa soirée au lendemain, pour rencontrer le fils Egawa, dont il connaissait bien les membres de la famille. Ce garçon était sans nul doute celui qui lui avait été promit fut un temps, mais dont le rôle avait été abandonné face à son ignorance et son entêtement à disparaître. Hideaki n’avait jamais cherché à piéger qui que ce soit, mais insistait beaucoup sur certains de ses principes. Il détestait devoir aux autres, tout comme il détestait qu’on lui soit redevable. Cette famille faisait partie de ceux qui existaient grâce à son empathie pour les humains, et son vœu de voir une terre et une espèce prospérer de manière calme et contrôlée. Qu’on se le dise, il n’était pas le vampire assoiffé de sang ou bête comme ses pieds qui avait passé un pacte avec les chiens juste parce qu’il n’avait trouvé aucune autre solution, ou qu’il s’était agenouillé face à un de ces canidés – ça, hors de question ! L’homme avait sa fierté et jamais il ne se serait compromis de cette manière. Plutôt se battre et mourir dans d’atroces souffrances ! Peu étaient ceux qui comprenaient ses réelles motivations en la matière, et il n’en demandait pas plus.

Miyamoto était venu le voir plus tôt dans la semaine pour l’informer qu’Egawa Kôjirô, le plus jeune, cherchait à le contacter. Cela l’avait fort surpris, si ce n’est qu’il avait trouvé ça ennuyeux. Congédiant le vampire, il n’avait accepté que sous la contrainte, avec un soupir d’exaspération. Décidément, être chef de clan ne rendait pas sa vie plus aisée, mais c’était le prix à payer. Ce soir-là, il s’était rendu dans le restaurant le plus chic qu’il connaisse, où il aimait prendre ses déjeuners et ses dîners. Le service y était toujours fort agréable et la cuisine divine, il ne risquait pas de trouver de la vraie nourriture dans son assiette, qui n’aurait de toute manière aucun goût dans sa bouche. Il se contentait de boire et d’apprécier la musique, dans la plus entière solitude. Cela lui convenait.
Bien sûr, il s’était renseigné rapidement sur le jeune homme qui allait lui faire face ce soir et n’eut aucun mal à le reconnaître à son arrivée. Malgré ses efforts, Hideaki trouvait qu’il détonait légèrement dans cette atmosphère de calme et de plénitude. La douce mélodie du piano n’allait pas avec sa démarche ni son intention de rester détaché, alors que le vampire ressentait tout le mépris et la colère qui l’habitait. Pourtant, il se contenta de le fixer d’un bout à l’autre de la pièce, jusqu’à ce qu’il se trouve face à lui et qu’il prononce son nom. Silencieux tout d’abord, le japonais s’inclina poliment et croisa ensuite ses mains sur la table, se penchant légèrement vers son interlocuteur.

« Que puis-je pour vous, Egawa-san ? »
Revenir en haut Aller en bas

La mortalité, y'a que ça de vrai
avatar
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dance in the darkness | Ft. Nakano Hideaki Mar 5 Jan - 23:30


Dance in the darknessNakano Hideaki & Egawa Kôjirô

Une ambiance dans ce restaurant qui se voulait calme et reposante et pourtant Kôjirô était en total contradiction avec l’atmosphère des lieux. Même si son visage ne laissait rien paraître au fond de lui il avait envie de finir le plus vite possible et sans qu’il ait à sortir son revolver une seule fois dans la soirée. L’herboriste n’avait pas perdu de temps en s’installant presque immédiatement au moment où son regard avait croisé celui de se l’homme qu’il cherchait. Il ne voulait pas perdre une seconde et régler ça au plus vite. Le blond c’était assis à la table sans dire un mot au début détaillant son vis-à-vis. Une peau aussi blanche c’était presque irréaliste, mais peut-être qu’il ne voyait jamais le soleil, ou était-il simplement malade. Le blond put observer ses pupilles de plus près en arrivant à la conclusion qu’il s’agissait peut être de lentille. Lui-même en portait de temps en temps, mais le rouge est une couleur qu’il ne tenterait pas … Le mélomane laissa volontairement le silence durer et à part ses iris rien d’autre ne bougeait de son côté si ce n’est son médaillon en forme de croix autour de son cou qui se balançait d’avant en arrière.

Finalement Kôjirô entama la conversation pour ne prononcer que le nom et prénom de l’homme en face de lui. Le silence perdura mais cela ne sembla pas troubler Kôjirô le moins du monde qui continua de rester de glace face à cette situation. Le piano ne s’arrêta pas pour autant mais les conversations derrière, aussi bruyantes soient-elles, semblaient disparaître pour laisser cette tension entre les deux hommes. Finalement Hideaki finit par lui répondre. « Que puis-je pour vous, Egawa-san ? » Soit l’autre de ses congénères lui avait donné son nom, soit il était en lien direct avec sa famille. Il était le chef de clan, cela veut dire que le vide qu’il y avait dans son enquête commence un peu plus à se remplir, approchant petit à petit d’une piste décisive. Même lorsque l’individu prononça son nom, Kôjirô resta immobile ne laissant paraître aucun reflexe de son côté. Si ce n’est que ses yeux ne lâchèrent pas ceux de l’homme en face de lui. Un duel ? Non mais la fierté si haut placée de Kôjirô ne lui permettrait jamais de lâcher prise. Même les serveurs autours n’osaient pas approchés sentant peut être cette confrontation visuelle.

« Vous le savez parfaitement. » Commença Kôjirô sans laisser la moindre opportunité à son vis-à-vis d’en dire plus. D’un ton sec et presque direct, il voulait bien lui faire comprendre qu’il comptait bien mettre fin à tout ça et à tout savoir sur le voile noir qui couvre son enfance. « Vous connaissez mon nom, cela veut dire que vous avez un rapport avec mes parents. Vous savez pourquoi je suis là. » Il s’agissait plus d’une affirmation que d’une question. Cet homme cachait bien des choses et Kôjirô connaissait ce genre de personne …

Il laissa une fois encore le silence s’installer dans lequel un serveur en profita pour venir prendre leur commande. Jamais il ne pourra faire tout d’une traite ? Est-ce si difficile de le laisser régler son affaire sans interruption ? D’un geste de la main et très rapidement, Kôjirô fit comprendre qu’un verre d’eau lui suffirait. Il n’était pas là pour dépenser son argent bêtement, même s’il en avait il n’était pas du genre à dépenser pour le luxe. Durant le temps que le serveur était là il ne lâcha pas le visage de l’autre homme et une fois à nouveau seuls tous les deux, Kôjirô ne poursuivit pas tout de suite. Il resserra sa veste discrètement avant de croiser directement les bras contre sa poitrine. Il avait eus la chance de ne pas être fouillé à l’entrée. Le temps défilait et ce n’est pas dans ce genre de situation que l’herboriste aimait à laisser passer les minutes inutilement.

« Je vais être direct, mes parents et moi on a plus rien à voir ensemble. » Débuta Kôjirô en faisant parfaitement comprendre dans son regard qu’il n’abandonnerait pas avant d’avoir eus ce qu’il voulait. « Cet arrangement stupide qui concerne mes parents et vous ne me regarde en rien. Je veux que vous arrêtiez de m’envoyer des hommes et que vous me laissiez tranquille. » Exigea-t-il ayant plusieurs fois reçus d’étrange visite comme celle de ce Naoki il y a peu de temps. N’étant pas du tempérament à baisser les bras, il ne partirait pas tant qu’il ne se sera pas assuré de couper à jamais tous liens avec les sales affaires de ses parents.

© Lady

________ಠ_ಠ_________


Revenir en haut Aller en bas

#Team Nakano
avatar
En savoir +


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dance in the darkness | Ft. Nakano Hideaki Ven 5 Fév - 12:05

On ne lui parlait presque jamais sur ce ton, bien que le vampire trouvait ça amusant en fin de compte. Avec le temps, sa réputation se construisit et après avoir pris le dessus sur Isamu, plus personne n’osait le contredire ou se mesurer à lui. Hideaki n’était pas pour la confrontation, la violence et les éclaboussures. Il avait appris à faire dans la demi-mesure et à restreindre ses actes pour qu’ils soient à la fois plus discrets et efficaces. Ce n’était plus le genre de vampire à attaquer dans le tas sans réfléchir, juste pour le plaisir de la violence et du sang versé. Et on peut dire qu’être l’ancien amant de Lilith jouait beaucoup dans cette fameuse réputation, car beaucoup restaient persuadés qu’il était toujours en contact avec elle mais le cachait bien.
Alors en entendant le ton que prenait le jeune homme avec lui, Hideaki ne pu que sourire. Egawa n’avait probablement aucune idée de qui il avait affaire en face de lui. On avait une vision des vampires qui n’était pas tout à fait juste, et qui ne pouvait pas non plus être universelle. En fin de compte, chaque être était différent, même les buveurs de sang. Il aurait beau vouloir utiliser n’importe quelle arme à sa disposition, jamais il ne l’atteindrait. Après 189 années sur cette terre, il n’allait pas se faire avoir par un petit humain mécontent !

« Dites m’en plus dans ce cas, je suis fort curieux d’entendre votre vision des choses. »

Il jouait, il le narguait, le titillait mais essentiellement parce que c’était le seul moyen pour lui de trouver ça intéressant et de ne pas s’en aller. Certes, c’était bien lui qui avait envoyé Miyamoto le chercher, mais il ne s’attendait pas à ce qu’il soit si hostile à remplir sa tâche. De ce fait, les années depuis cette promesse étaient passées et Hideaki n’était plus certain d’avoir besoin de ce garçon à ses côtés, maintenant qu’il avait Akiya.

« Je vais vous expliquer cela autrement. Vos parents ont un lien avec moi. Vous avez un lien de sang avec vos parents. Par défaut, vous avez un lien avec moi, c’est aussi simple que cela. Que vous ne vous entendiez pas avec vos parents m’importe vraiment peu : il y a un contrat à respecter et j’espère que vous serez assez droit pour agir de la bonne façon. »

Dans sa tête, tout était clair, net et précis. Il n’y avait pas de « si », de « mais » ou d’autres hypothèses farfelues : non. Tout était aussi simple parce que c’était lui qui avait fait cet arrangement et que, peu importe ses dires, Kôjiro était impliqué. Il était ‘fils de’, il avait été promis et c’était ainsi que cela devait se passer, sauf si Hideaki en décidait autrement. Mais juste pour s’amuser un peu, il ne le fit pas. Pas encore, du moins.

« Écoutez, vous avez l’air d’un jeune garçon honnête, alors on va cesser les politesses deux petites minutes histoire de bien se faire comprendre l’un l’autre. De une, ce n’est pas à vous de décider puisque techniquement, votre vie m’appartient depuis que vous avez deux ans. De deux, je n’en ai absolument rien à faire de vos querelles familiales et si cet arrangement n’est pas respecté, il est fort probable que vos parents n’y survivent pas. Et de trois, n’espérez même pas m’atteindre avec le joli petit bijou dans votre veste, je suis bien trop rapide pour vous et le serai toujours. N’oubliez pas que j’ai plusieurs coups d’avance et qu’ici, je peux tout me permettre. Même vous détruire. »

Il ne parlait pas de tuer, dans ce cas-là, mais bien de le détruire psychologiquement jusqu’à ce qu’il craque.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
En savoir +



MessageSujet: Re: Dance in the darkness | Ft. Nakano Hideaki

Revenir en haut Aller en bas

Dance in the darkness | Ft. Nakano Hideaki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» | When Darkness Falls
» Star Wars KotOR : Age Of Darkness V2
» mansion of darkness
» HEAVENSBEE ► hello darkness, my old friend
» « born in the darkness. » Ϟ WILLOW&OZ.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
N I G H T • W O R L D :: Ôsaka :: Le Quartier Namba 難波 :: Dotonbori-